Aryzta en chute

lundi, 13.03.2017

L'action du groupe de boulangerie Aryzta chutait lundi matin, les résultats du premier semestre 2016/17 n'ayant pas convaincu

Les analystes se montrent déçus, en particulier de l'absence de perspective pour Aryzta.

Le chiffre d'affaires et l'Ebitda d'Aryzta sont légèrement inférieurs aux prévisions du consensus et le bénéfice par action se situe tout en bas des attentes. Les analystes se montrent déçus, en particulier de l'absence de perspective, alors qu'un horizon avait été communiqué en janvier après l'avertissement sur bénéfice.

A 9h30, le titre Aryzta perdait 9,0% à 30,09 CHF. Après l'avertissement sur bénéfice de janvier, qui a eu pour conséquence la démission de la direction trois semaines plus tard, Aryzta a perdu plus de 40%. Peu avant l'avertissement sur bénéfice, le titre valait encore 45 CHF. Le SPI était quasi-stable (-0,01%).

Une fois de plus des résultats décevants, a commenté clairement la banque Vontobel. Cette dernière estime particulièrement négatif le ralentissement de la croissance au deuxième trimestre, étant donné que l'entreprise a besoin d'un croissance des volumes pour augmenter la capacité des usines de production et générer ainsi du cash-flow. Le fait que l'ancienne direction parte avant qu'elle ne l'avait communiqué et que le conseil d'administration n'annonce pas d'objectif sont des signes que la situation chez Aryzta reste très critique, ont commenté les analystes.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) estime que l'absence d'objectif est un facteur "clairement négatif". L'action devrait aussi réagir en conséquence, écrit la ZKB. Cette dernière qualifie toutefois de positif le fait que le crédit de 614 mio EUR jusqu'en 2019 ait pu être prolongé. Il est important de voir comment le nouveau président Gary Mcgann parviendra à regagner la confiance perdue.

Les résultats sont plus ou moins dans le cadre des attentes et conformes aux annonces de janvier, a commenté pour sa part Baader Helvea. Etant donné que l'entreprise ne parle plus de reprise au deuxième semestre, les résultats sur l'ensemble de l'année devraient se situer tout au bas de la fourchette des prévisions des analystes. Ceci ouvre un potentiel de révision à la baisse.

Selon Baader Helvea, l'action offre un potentiel intéressant pour les investisseurs axés sur le long terme et habitués aux situations spéciales. Pour un investisseur moyen en revanche, les risques sont actuellement bien trop élevés, ont ajouté les analystes.

Nomination d'un CFO intérimaire

L'entreprise se trouve de toute façon confrontée à une profonde mutation au niveau de sa direction et celle-ci est encore accélérée. Le comité de direction constitué du directeur général, Owen Killian, du directeur financier et des opérations Patrick McEniff et du directeur général Amériques John Yamin avait annoncé mi-février vouloir quitter la société à fin juin. Il est désormais question de fin mars.

Le conseil d'administration a nommé David Wilkinson directeur financier (CFO) par intérim. M. Wilkinson est envoyé temporairement chez Aryzta par son employeur, la société de conseil d'entreprises KPMG.

Le conseil d'administration confirme à ce sujet de précédentes déclarations selon lesquelles une société de recrutement a été mandatée pour repouvoir les postes de CEO et de CFO.

Par ailleurs, le boulanger industriel souligne que le flux de trésorerie libre est le chiffre clé à court terme. Il qualifie de "solide" la génération de liquidités de 99 mio EUR au premier semestre. La situation financière d'Aryzta est tendue avec un endettement net de 1,85 mrd EUR.

En parallèle, les conditions de crédit (covenants) ont été quelque peu assouplies à 4,0 x de 3,5x d'endettement net/Ebitda. La révision de la stratégie de coentreprise, soit la participation de 49% dans le fabricant français de produits surgelés Picard, est également en cours, selon l'entreprise. (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...