Aramco, la plus grosse introduction en Bourse, longtemps attendue

mercredi, 11.12.2019

L'action du géant pétrolier saoudien Aramco s'est envolée de 10% pour ses débuts en Bourse mercredi sur la place financière de Ryad, devenant la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire.

L'opération d'entrée en bourse valorise Aramco à 1.700 milliards de dollars. (Keystone)

Le géant pétrolier saoudien Aramco a réalisé mercredi à Ryad la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire après quatre ans de préparation et de nombreux reports.

Première annonce

Le 7 janvier 2016, Mohammed ben Salmane, fils du roi Salmane d'Arabie saoudite, évoque pour la première fois publiquement la possibilité d'une introduction en Bourse d'Aramco, qui produit environ 10% du pétrole mondial.

Ryad officialise le 25 avril son intention de céder 5% du groupe pour se doter d'un fonds souverain de 2.000 milliards de dollars, le plus important du monde, dans le cadre d'un vaste plan visant à réduire sa dépendance au pétrole.

L'objectif est alors d'introduire Aramco en 2018.

Rumeurs de report

Alors que des experts doutent du calendrier, Aramco assure à l'automne 2017 que l'introduction aura bien lieu au second semestre 2018.

Le 1er janvier 2018, le géant pétrolier public devient une société par actions en vue de son introduction. Mais le Financial Times révèle le 12 mars que Ryad compte repousser l'opération à 2019. La semaine suivante, le Wall Street Journal ajoute que l'introduction ne se fera qu'à Ryad et non sur une grande place boursière internationale.

Le 10 avril, le ministre saoudien des Finances ouvre la porte à un report à 2019, si les conditions sur les marchés ne se prêtent pas à l'introduction en 2018.

Objectif 2020-2021

Le report est confirmé le 5 octobre 2018 par Mohammed ben Salmane, devenu prince héritier, qui annonce qu'Aramco devrait entrer en Bourse "fin 2020 ou début 2021". Le prince héritier n'était pas satisfait de la valorisation proposée, en pleine chute des prix du brut.

Le 1er avril 2019, Aramco dévoile pour la première fois ses comptes aux agences de notation dans la perspective d'une émission obligataire, révélant à cette occasion être, de loin, la plus importante société au monde par le bénéfice.

La semaine suivante, sa première émission de dette suscite un appétit colossal des investisseurs. L'entreprise lève 12 milliards de dollars.

Mais le 12 août, le mastodonte saoudien annonce un bénéfice en baisse de 12% au premier semestre 2019, en raison de la chute des cours du pétrole.

Attaque de drone

Le 29 août, le Wall Street Journal dévoile qu'Aramco envisage une entrée en Bourse en deux étapes, d'abord à Ryad, puis sur le marché international.

Le 14 septembre, une attaque de drone revendiquée par les rebelles yéménites vise deux installations d'Aramco, réduisant temporairement de moitié la production de pétrole du royaume. Le groupe assure que l'introduction en Bourse se poursuivra comme prévu malgré l'attaque.

Mais le lancement officiel, prévu le 20 octobre, est finalement repoussé.

Coup d'envoi

Le 3 novembre, le régulateur saoudien du marché financier donne le coup d'envoi de l'introduction en Bourse.

Dans la foulée, Aramco confirme son intention d'entrer en Bourse à Ryad, mais précise n'avoir aucun projet d'introduction boursière à l'étranger pour le moment.

Le 17, Aramco annonce l'introduction de 1,5% de son capital sur le Tawadul, indice de référence de la Bourse de Ryad. Les investisseurs institutionnels ont jusqu'au 4 décembre pour faire leurs propositions d'achat.

Record et débuts en fanfare

Le 5 décembre, Aramco confirme être parvenu à lever 25,6 milliards de dollars, un record, devançant les 25 milliards de dollars récoltés par le groupe chinois de commerce en ligne Alibaba en 2014 à son entrée à Wall Street.

Le prix de l'action est fixé à 32 riyals (8,53 dollars), dans le haut de la fourchette de 30 à 32 riyals que s'était fixée le groupe en novembre.

L'opération valorise Aramco à 1.700 milliards de dollars.

Le 11 décembre, l'action d'Aramco s'envole de 10% à 35,2 riyals (8,5 euros) pour son début de cotation à Ryad. (awp)






 
 

AGEFI




...