De la journée de la batterie à la batterie du futur

mardi, 06.10.2020

La volatilité d’une Tesla peut cacher le parcours plus apaisé d’une technologie aux perspectives très prometteuses. Deux options pour les investisseurs.

Mobeen Tahir*

Mobeen Tahir

Le cours de Tesla a chuté de près de 18% entre les 22 et 23 septembre derniers. Pourtant, le 22 septembre, "journée de la batterie", le fabricant de véhicules électriques annonçait diverses évolutions et notamment son intention de produire un véhicule à 25.000 dollars. Il a en outre dévoilé les détails relatifs à la Model S Plaid, une mise à jour du système « Ludicrous » ainsi qu’une nouvelle batterie « sans languettes » fabriquée en interne et qui devrait permettre de réduire ses coûts de fabrication. Cette dernière contiendrait davantage de nickel, mais moins de cobalt.

Compte tenu de ces progrès, comment expliquer la chute du cours de l’action ? Il est possible que le marché ait espéré que le constructeur annonce une batterie d’une durée de vie d’un million de miles (environ 1,6 million de kilomètres) et se focalise davantage sur l’autonomie des batteries plutôt que sur les questions de coûts. Cela dit, l’action Tesla a réalisé un parcours fulgurant cette année et a nettement devancé le marché américain. Sa progression reflète l’engouement pour les véhicules électriques, avec des phases d’exubérance suivies d’épisodes de déception lorsque les annonces ne satisfont pas les attentes très élevées du marché.

Cet engouement peut également avoir des incidences sur d’autres acteurs. Ainsi, Aberle, le fournisseur de lithium du constructeur de véhicules électriques, a vu la progression de son action se ralentir durant la «journée de la batterie», lorsque Tesla a annoncé sa volonté d’intégrer son approvisionnement en lithium dans le but de réduire les coûts de fabrication de ses batteries.

Deux options pour le long terme

Dans un tel contexte, les investisseurs désireux de jouer le thème de la croissance des véhicules électriques ont deux options. La première consiste à s’exposer à toute la chaîne de valeur. Les véhicules électriques ne représentent que l’une des multiples applications de l’innovation en matière de batteries. Le secteur inclut également les matières premières, les fabricants de composants, les technologies émergentes comme la recharge sans fil ainsi que des intermédiaires tels que les prestataires de services pour les réseaux. En s’exposant à l’ensemble de ce secteur, les investisseurs bénéficieront non seulement de sa croissance à long terme, mais ils jouiront également d’une bonne diversification qui leur permettra de se protéger de la volatilité inhérente à chaque titre pris individuellement.

Une deuxième option consiste à investir dans les fondamentaux. Le cours du nickel n’a pas bondi lorsque Tesla a annoncé que sa nouvelle batterie requerrait davantage de ce métal. Les cours des métaux industriels n’évoluent en effet pas de la même manière que ceux des actions, ils dépendent davantage des fondamentaux. Dès lors qu’un changement technologique implique l’utilisation d’une plus grande quantité de nickel, le cours de ce dernier ne se modifiera que lorsque la demande commencera réellement à s’accroître. Du point de vue de l'investissement, il s’agit donc de se positionner sur l’évolution à long terme des fondamentaux.

Des événements tels que «la journée de la batterie» sont intéressants dans la mesure où ils donnent des indices quant à la direction que prend le développement d’une technologie. Les investisseurs ont ainsi la latitude d’ignorer la volatilité de chaque titre considéré individuellement et de se positionner de manière à profiter de l’évolution plus équilibrée et des promesses d’une technologie en pleine croissance.

*directeur associé, recherche, WisdomTree






 
 

AGEFI



...