Migros: la violation pour faux dans les titres est avérée, selon le Ministère neuchâtelois

vendredi, 12.06.2020

La violation du Code pénal pour faux dans les titres est avérée dans l'affaire qui oppose l'homme d'affaires fribourgeois Damien Piller à la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg, selon le Ministère public neuchâtelois.

Quelque 28.000 bulletins en la faveur de Damien Piller ont été falsifiés. (Keystone)

Il y a bien eu violation du Code pénal pour faux dans les titres dans l'affaire qui oppose Damien Piller à la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg, selon le Ministère public neuchâtelois. Le procureur général Pierre Aubert ne peut pas dire s'il faut s'attendre prochainement à des inculpations.

"Nous devons naturellement chercher à déterminer qui a commandé ces bulletins, qui les a imprimés, qui les a remplis et qui les a envoyés", a déclaré Pierre Aubert dans une interview à La Liberté parue vendredi. Le procureur général ne peut pas se prononcer sur le calendrier de l'enquête.

Pour mener ses investigations, le Ministère public a saisi des téléphones et des ordinateurs pour contrôle. L'opération a été coordonnée et réalisée en même temps chez plusieurs personnes et dans plusieurs cantons.

Selon Pierre Aubert, "les bulletins de vote ne devaient pas être difficiles à falsifier. (...) Ils n'étaient en d'autres termes pas au même niveau de sécurité, par exemple, que des billets de banque. Pour être franc, je ne pense pas que les organisateurs du scrutin s'attendaient à ce que de tels moyens soient déployés pour cette falsification".

Lors du scrutin en novembre visant à révoquer Damien Piller de la présidence de l'Administration (sorte de conseil d'administration) de la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg, quelque 28'000 bulletins en sa faveur ont été falsifiés. Ils ont contribué à faire échouer sa révocation.

"Rien à se reprocher"

Selon un nouveau décompte, portant sur les quelque 50'000 bulletins reçus en novembre dernier, le résultat aurait été inversé si l'on n'avait tenu compte que des bulletins valables, a indiqué mercredi soir le Ministère public neuchâtelois. Environ 17'600 bulletins auraient appuyé la révocation des mandats et 4600 s'y seraient opposés. Avec les bulletins falsifiés, la révocation avait au final été rejetée par 64,53% des voix.

L'homme d'affaires fribourgeois dit qu'il "n'a strictement rien" à se reprocher dans cette affaire. "Damien Piller n'a en aucune façon participé à l'éventuelle falsification de bulletins de vote", a indiqué jeudi son avocat Philippe Leuba. Le promoteur n'entend pas davantage communiquer pour le moment.(ats)






 
 

AGEFI



...