La trêve commerciale entre les Etats-Unis et la Chine rassure les marchés actions

lundi, 10.12.2018

Cédric Spahr*

Cédric Spahr

Les Etats-Unis et la Chine ont choisi de jouer la carte de l’apaisement dans le cadre du conflit commercial qui les oppose. Trump sait que des secousses boursières trop brutales risqueraient de perturber la bonne marche de l’économie américaine. Xi Jinping temporise, conscient qu’une économie chinoise en phase de ralentissement n’a pas besoin de problèmes supplémentaires. Il évite ainsi une augmentation des tarifs de 10% à 25% sur près de la moitié des exportations chinoises vers les USA. Cette trêve sur les sanctions commerciales de 90 jours pourrait offrir un répit aux actions américaines en décembre, mais la volatilité reste élevée.

La rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping dans le cadre du sommet du G20 à Buenos Aires a eu le mérite d’apaiser les menaces de guerre commerciale entre les USA et la Chine. Les deux leaders ont conclu une trêve de 90 jours, qui ajourne l’augmentation des tarifs douaniers de 10 à 25% sur près de la moitié des importations chinoises, annoncées par Trump pour début janvier 2019. Les marchés actions ont naturellement réagi avec un certain soulagement à cette trêve provisoire qui semble satisfaire chacun des deux camps à court terme. Donald Trump a reçu l’assurance que la Chine augmenterait ses achats de produits agricoles américains, ce qui lui permet de rassurer les fermiers du Middle West. Xi Jinping gagne un temps précieux, faisant face à un ralentissement de la croissance en Chine et en Asie. Tactiquement, les USA maintiennent la pression sur la Chine, gardant certains objectifs à long-terme en point de mire.

De l’ambiguïté

Il semble possible et même probable que la Chine fera certaines concessions aux USA concernant la protection de la propriété intellectuelle et les transferts forcés de technologie imposés par Beijing lorsque des entreprises étrangères désirent s’installer en Chine. En revanche, nous voyons mal le gouvernement chinois renoncer à son «Agenda 2025» de politique industrielle, dont les ambitions technologique et économique sont perçues comme une menace et une provocation par la classe politique américaine dans son ensemble.

Une certaine ambiguïté prévaut donc des deux côtés. La Chine peut bien abaisser ses barrières douanières non-tarifaires et augmenter ses achats de produits américains mais n’abandonnera pas ses objectifs de politique industrielle destinés à favoriser une montée en puissance technologique. Le secrétaire au Trésor Mnuchin a exprimé son désir d’obtenir un accord réel, ce qui semble sous-entendre que les déclarations d’intentions exprimées en Argentine devront être concrétisées en un accord durable ces prochains mois.

Comme Trump sera apparemment en charge de la négociation du côté américain, sans doute flanqué de son représentant pour le commerce international Robert Lightizer, les négociations n’auront rien d’une partie de campagne. L’apaisement provisoire des tensions commerciales ouvre potentiellement la voie à une période de répit pour les marchés actions en décembre. Le dernier discours de Jerome Powell a rassuré les investisseurs concernant les hausses de taux futures. La correction brutale du 4 décembre nous rappelle cependant que les risques restent élevés.

* Stratège actions, J. Safra Sarasin






 
 

AGEFI



...