Politique énergétique: la Suisse doit maintenir le cap, selon l'AIE

lundi, 08.10.2018

La Suisse reçoit de bonnes notes de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) pour sa politique énergétique. L'agence en profite pour lui faire des recommandations tous azimuts.

L'AIE suggère à la Suisse d'achever le plus tôt possible les négociations concernant l'accord sur l'électricité avec l'UE.(keystone)

L'AIE salue les progrès réalisés par la Suisse dans l'efficacité énergétique des bâtiments et dans le développement accéléré des sources d'énergies renouvelables depuis le dernier audit approfondi en 2012, peut-on lire dans un communiqué lundi. L'augmentation des fonds publics alloués à la recherche énergétique a également été notée positivement.

L'AIE rappelle toutefois que des efforts continus et d'autres ajustements réglementaires sont nécessaires pour concrétiser les valeurs indicatives ambitionnées en matière de politique énergétique. La Suisse doit ainsi porter une attention particulière aux effets des diverses mesures d'encouragement.

Celles-ci sont en faveur de l'électricité d'origine renouvelable (rétribution de l'injection, rétribution unique), des biocarburants ou de l'efficacité énergétique des bâtiments (Programme bâtiments). Il appartient enfin à la Suisse d'évaluer leur éventuelle reconduction avant leur échéance prévue, recommande encore l'AIE.

Bien intégrée dans le réseau électrique

La Suisse, qui est physiquement très bien intégrée dans le réseau électrique européen, doit en tirer parti au profit de sa sécurité d'approvisionnement électrique. C'est pourquoi l'AIE suggère d'achever le plus tôt possible les négociations concernant l'accord sur l'électricité avec l'UE.

Elle soutient l'ouverture complète du marché de l'électricité et invite à prendre des mesures pour un assouplissement supplémentaire de ce marché. L'AIE recommande également de lier la redevance hydraulique aux prix de l'électricité.

Objectifs climatiques

En ce qui concerne la politique climatique, l'AIE conseille au gouvernement suisse d'aménager la nouvelle loi sur le CO2 de manière à ce qu'elle garantisse la réalisation des objectifs climatiques nationaux d'ici 2030. Elle suggère de mieux répartir les coûts de réduction des émissions au sein des différents secteurs, notamment des combustibles et des carburants.

Afin de décarboniser le secteur des transports, l'AIE recommande d'élaborer une stratégie de mobilité sur le long terme qui donne des signaux forts au marché. Enfin, l'Agence est favorable à la loi sur le marché du gaz.(ats)






 
 

AGEFI



...