Le Conseil fédéral renonce à la libéralisation des ventes d'armes

mercredi, 31.10.2018

Le Conseil fédéral a décidé mercredi de renoncer à l'exportation d'armes vers les pays en conflit armé interne.

La Suisse ne va pas exporter d'armes vers les pays en conflit armé interne. (keystone)

La Suisse ne va pas exporter d'armes vers les pays en conflit armé interne. Le Conseil fédéral a décidé mercredi d'abandonner son projet. Celui-ci avait soulevé une bronca. Une initiative populaire aurait pu être lancée pour le contrecarrer.

Cette réforme ne bénéficie plus du soutien politique nécessaire, notamment dans les commissions de la politique de sécurité, fait valoir le gouvernement. Persister aurait en outre pu avoir des effets contreproductifs sur la pratique actuelle en matière d'autorisation d'exportation de matériel de guerre.

Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann avait ouvert les feux dans la matinée, dans une interview à 24 Heures et La Tribune de Genève, en évoquant plutôt une suspension. "Nous avons beaucoup discuté et pesé les pour et les contre et nous sommes parvenus nous-mêmes à la conclusion qu'il n'était ni très réaliste, ni très intelligent de continuer le processus de libéralisation dans un tel moment."

Première décision en juin

L'ordonnance interdit actuellement d'exporter si le pays de destination est impliqué dans un conflit armé interne ou international. En juin, le gouvernement avait décidé de revoir ce texte. L'industrie suisse d'armement insistait depuis des mois pour assouplir la législation.

Le Conseil fédéral voulait qu'il soit possible d'accorder une autorisation d'exportation s'il n'y a aucune raison de penser que le matériel de guerre sera utilisé dans un conflit armé interne. Selon lui, la dérogation envisagée ne se serait pas appliquée à des pays rongés par la guerre civile, comme le Yémen ou la Syrie aujourd'hui.

Le gouvernement souhaitait par ailleurs que l'octroi d'une autorisation d'exporter vaille deux ans au lieu d'un. Il voulait aussi aussi qu'il soit possible de prolonger d'un an, et non plus de six mois, la durée de ces autorisations.

Bronca

Cette décision de principe a soulevé une bronca. Le Conseil national s'y est opposé sur la base d'une motion du PBD, demandant que le Parlement tranche lui-même la question. Seule la droite a soutenu le gouvernement.

Une coalition de milieux opposés à cette libéralisation avait auparavant menacé de lancer une "initiative de rectification" si le Parlement ne parvenait pas à faire reculer le Conseil fédéral. Elle veut revenir au régime prévalant avant 2014. Les exportations vers des pays violant les droits de l'homme avaient alors été assouplies. (ats)






 
 

AGEFI



...