WEF: la Suisse recule au cinquième rang des pays les plus compétitifs

mercredi, 09.10.2019

La Suisse a perdu une place dans le classement des pays les plus compétitifs établi par le WEF. Le pays inscrit sa meilleure note au niveau de la stabilité macroéconomique, suivi de près par les infrastructures.

La dynamique d'entreprise plutôt limitée pénalise l'économie helvétique.(Keystone)

La Suisse se place au cinquième rang du classement des pays les plus compétitifs dans le rapport annuel du Forum économique mondial (WEF).  Singapour a remplacé les Etats-Unis sur la première marche du podium, relayant le pays de l'Oncle Sam à la deuxième place. Hong-Kong et la Hollande font également mieux que la Suisse occupant le 5e rang.

La majorité des pays restent dans un cycle avec peu de gains de productivité, souligne le WEF dans son étude publiée mercredi. Et ce, malgré la politique expansive des banques centrales au cours des dix dernières années. Certes, ces stimuli ont permis d'éviter une récession plus marquée, mais n'ont pas été dédiés à accroître la productivité dans les domaines public ou privé.

La méthodologie du WEF combine 103 indicateurs pour mesurer la compétitivité de 141 pays. Une échelle de 0 à 100 permet d'évaluer à quelle distance une économie se trouve du "niveau idéal".

Beaucoup de facteurs influençant la compétitivité future n'ont par le passé pas étés pris en compte par les politiques, estiment les auteurs de l'étude. Ils citent notamment la génération d'idées, la culture d'entreprise, l'ouverture et la flexibilité.

Parmi le top 10, les écarts sont peu marqués, avec 84,8 points pour Singapour (+1,3 point), 82,3 (-0,3 point) pour la Suisse et le Danemark au dixième rang avec 81,2 points. La moyenne de tous les pays s'est établie à 61 points.

La Suisse au top au niveau de la stabilité

La Suisse inscrit sa meilleure note au niveau de la stabilité macroéconomique, suivi de près par les infrastructures. Les auteurs identifient toutefois des possibilités d'amélioration dans les limitations commerciales et la complexité des formalités douanières. La dynamique d'entreprise plutôt limitée, l'aversion au risque relativement élevée des entreprises et la réticence à suivre des idées novatrice pénalisent également l'économie helvétique.

Le Congo, le Yémen et le Tchad arrivent dans les derniers rangs tandis que le Venezuela perd 6 places en raison de sa situation économique. "Le fossé au niveau de la compétitivité est d'autant plus préoccupant que l'économie mondiale se trouve face à la perspective d'un ralentissement", estiment les économistes du WEF. "Les changements géopolitiques et les tensions commerciales croissantes provoquent des incertitudes et pourraient conduire à un affaiblissement de la conjoncture".

Le rapport sur la Compétitivité du WEF existe depuis 1979, la méthodologie ayant été toutefois affinée à plusieurs reprises. Depuis 2018 et la dernière adaptation, la Suisse a perdu sa première place, occupée pendant neuf années consécutives. Dans une autre étude sur la compétitivité numérique, publiée par l'école de management de Lausanne (IMD), la Suisse se hisse également au cinquième rang.(awp)






 
 

AGEFI




...