Neuf postes frontières fermés au Tessin à cause du coronavirus

mercredi, 11.03.2020

La Suisse a partiellement fermé mercredi sa frontière avec l'Italie pour tenter d'endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

Le but n'est pas de fermer le passage, mais de mieux surveiller les allers et venues.(Keystone)

La Suisse a partiellement fermé mercredi sa frontière avec l'Italie pour tenter d'endiguer la propagation du nouveau coronavirus. L'épidémie a fait une nouvelle victime en Suisse, la quatrième, et contaminé plus de 150 personnes supplémentaires en 24 heures.

Neuf postes-frontières secondaires ont été fermés, a indiqué lors d'une conférence de presse à Berne Christian Bock, directeur de l'Administration fédérale des douanes. Cette mesure, qui vise à canaliser le trafic frontalier vers les grands passages frontières, doit permettre de mieux remplir le mandat de contrôle par la Suisse des décrets très stricts italiens.

Le but n'est pas de bloquer le passage, mais de mieux surveiller les allers et venues, a assuré M. Bock. La frontière avec l'Italie reste ouverte pour les quelque 70'000 travailleurs frontaliers, a-t-il ajouté. La décision s'applique avec effet immédiat.

Un quatrième mort

Recevant la délégation des parlementaires fédéraux du Tessin mercredi après-midi, la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, n'a pas écarté l'idée d'une fermeture complète de la frontière avec l'Italie. Mais, selon elle, aucune décision n'a été prise pour le moment. "Toutes les mesures sont étudiées et adaptées en fonction de la situation", a-t-elle ajouté.

Malgré les mesures déjà prises, l'épidémie continue de se propager rapidement en Suisse. Un homme de 54 ans, souffrant de maladies chroniques, a succombé mercredi matin des suites de la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) à l'hôpital de Binningen (BL).

Selon des informations non confirmées, le patient a été contaminé à Mulhouse (FRA) lors d'un rassemblement d'une Eglise évangélique réunissant près de 2000 personnes entre le 17 et le 24 février, ont indiqué les autorités bâloises. Il s'agit du quatrième décès en Suisse lié au coronavirus et du deuxième de ce type dans le canton de Bâle-Campagne.

23 cantons touchés

Outre ce quatrième décès, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) avait recensé mercredi à midi 645 cas de contamination, dont 32 sont en cours d'analyse après un premier résultat positif. Le nombre de nouveaux cas (154) est en très légère baisse par rapport à mardi (164).

Quasiment tous les cantons sont désormais touchés par l'épidémie. Nidwald (4 cas) et Schaffhouse (1) ont fait part de leurs premiers malades au Covid-19 mercredi. Seuls Obwald, Uri et Appenzell Rhodes-Intérieures n'ont pas annoncé de cas jusqu'à présent. Le Tessin est de loin le plus touché avec plus de 120 cas confirmés.

Face à la forte progression de l'épidémie en Suisse, l'OFSP avait changé en fin de semaine passée ses règles pour éviter la paralysie du pays. Seules les personnes particulièrement vulnérables ou devant être hospitalisées et le personnel des établissements médicaux sont désormais testés.

Les personnes ne présentant que de faibles symptômes et pas de risque particulier ne sont pas contrôlées. Les règles de la quarantaine ont également été modifiées. Les quarantaines deviennent plus courtes et touchent moins de monde.

Mesures économiques

Outre des décisions sanitaires, les autorités suisses ont également annoncé mercredi des premières mesures de soutien à l'économie. Les entreprises pourront utiliser plus rapidement le chômage partiel, a indiqué lors de la conférence de presse à Berne la secrétaire d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

Le délai pour déposer des demandes de réduction de l'horaire de travail a été réduit de dix à trois jours. Le délai de carence d'un jour réclamé par les syndicats n'a en revanche pas été décidé, a précisé Mme Ineichen-Fleisch. Les autorités étudient une solution de cautionnement pour aider les entreprises à faire face à leur crise de liquidité.

Pour les entreprises, l'épidémie commence à avoir un coût. La compagnie aérienne Swiss a ainsi décidé de suspendre tous les vols à destination et en provenance d'Italie jusqu'au début du mois d'avril. La mesure touche près de 90 vols hebdomadaires de Zurich vers Milan, Rome, Venise, Florence, Naples et Brindisi.

Les CFF ont également pris des mesures. Les trains directs allant de Genève ou Zurich jusqu'à Venise s'arrêtent à Milan depuis mardi. D'autres liaisons seront raccourcies dès jeudi entre la Suisse et Milan. Les trains concernés s'arrêteront à Chiasso (TI) ou à Brigue (VS). Ces restrictions s'appliquent jusqu'au 5 avril.

Annulations et reports

Du côté de la culture, la cérémonie de remise du Prix du cinéma suisse 2020, qui devait avoir lieu le 27 mars à Zurich, a été annulée. Les noms des lauréats seront rendus publics le 23 mars et les prix remis en août dans le cadre du Festival du film de Locarno, a déclaré l'Office fédéral de la culture (OFC).

Le Festival international de films de Fribourg (FIFF) proposera, lui, une édition 34 et demi, à travers les petits écrans et des invitations notamment d'autres festivals, qui présenteront une partie de la programmation du FIFF 2020 à l'occasion de séances spéciale. Le festival Caprices, qui devait avoir lieu fin avril à Crans-Montana (VS), est pour sa part reporté en septembre.

Si le Conseil fédéral a interdit les rassemblements de plus de 1000 personnes, le canton de Genève va au-delà de ces mesures. Le Conseil d'Etat genevois a décidé d'interdire les manifestations publiques ou privées regroupant plus de 100 personnes. La mesure ne concerne pas les cinémas, concerts ou spectacles.

A Bulle (FR), le salon energissima, dédié aux énergies renouvelables, est reporté. La manifestation attendait quelque 8000 visiteurs et près de 120 exposants du 23 au 26 avril. (ats)






 
 

AGEFI



...