Une place de marché digitale pour les produits de la mer

lundi, 15.05.2017

La startup vaudoise ProcSea entend réduire au maximum le délai entre la pêche et la livraison des produits de la mer. Ambitions internationales.

En réalisant des achats directement auprès des mareyeurs et producteurs, les prix pratiqués sont 10 à 30% inférieurs à ceux du marché traditionnel, selon ProcSea.

Digitaliser et fluidifier le marché des produits de la mer, c’est l’ambition de la startup vaudoise ProcSea, créée en septembre 2016. Pour y parvenir, elle a conçu et lancé une place de marché en ligne entièrement destinée aux professionnels.

Cette plateforme permet aux hôtels, restaurants et grossistes d’accéder à des mareyeurs et producteurs référencés par la plateforme. Le fonctionnement est simple: les acheteurs visualisent toute l’offre sur la plateforme, passent leur commande en 3 clics et sont livrés le lendemain matin, explique un communiqué. En proposant un accès direct aux mareyeurs et producteurs, ProcSea entend réduire au maximum le délai entre la pêche et la livraison et garantit ainsi une fraîcheur optimale.

En réalisant des achats directement auprès des mareyeurs et producteurs, les prix pratiqués sont 10 à 30% inférieurs à ceux du marché traditionnel, selon ProcSea. En outre, la société se charge du transport, des formalités de douanes, de l’encaissement et garantie les transactions grâce à un contrat d’assurance-crédit. Renaud Enjalbert, cofondateur et CEO de ProcSea, rappelle les avantages d’une telle plateforme: «ProcSea propose aux acheteurs de s’approvisionner directement auprès d’une multitude de fournisseurs référencés. Aux mareyeurs, ProcSea propose d’accéder facilement à de nouveaux marchés et de mieux valoriser leurs produits».

Lancée en septembre 2016, la startup vaudoise emploie 17 salariés, répartis entre le siège de Montreux et le site de Rennes, en Bretagne. ProcSea compte parmi ses clients, l’Ecole Hôtelière à Lausanne, le Montreux Palace ou encore le Domaine de Châteauvieux à Satigny. Elle ambitionne de devenir une plateforme globale et prévoit de se développer sur la Grande-Bretagne et le Benelux d’ici la fin de l’année.


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...