Plus de 13 millions et deux nouveaux administrateurs pour Neo Medical

vendredi, 15.05.2020

La start-up vaudoise qui commercialise une nouvelle génération de boîtes à outils pour chirurgiens lève 13,2 millions de francs. Cette somme dopera la commercialisation de sa solution en chirurgie de la colonne vertébrale.

Sophie Marenne

En temps normal, les praticiens se reposent sur un inventaire de plus de 200 implants différents ainsi qu'un set de sept plateaux contenant une soixantaine d’instruments. En comparaison, le dispositif de la start-up ne repose que sur quatorze variations de vis et uniquement cinq instruments.

Fondée en 2013 à Cully, Neo Medical commercialise des boîtes à outils compactes et légères qui remplacent les imposants coffres à instruments des chirurgiens. Ces dispositifs et vis destinés aux chirurgies du rachis – soit les opérations de la colonne vertébrale – ont été utilisés lors d’une première implantation chez un patient en 2016. Ils ont atteint le marché en 2017, peu après avoir reçu les approbations CE pour l’Europe et FDA pour les Etats-Unis. Aujourd’hui, la jeune entreprise a clos un tour de financement de 13,2 millions de francs pour soutenir sa croissance et son expansion mondiale.

«Ce tour de financement a été mené par 4FO Ventures. Des actionnaires historiques, dont Credit Suisse Entrepreneur Capital SA ainsi que de nouveaux partenaires comme Investiere, ont participé à l'augmentation de notre capital», explique Vincent Lefauconnier de la jeune société medtech.

Internationalisation

A l’heure actuelle, 250 hôpitaux à travers le monde s’appuient déjà sur les outils jetables hautement simplifiés de Neo Medical. La start-up concentre actuellement ses efforts sur cinq marchés stratégiques: les États-Unis, l'Allemagne, l'Espagne, la Suisse et la France. Avec ce tour de table, Vincent Lefauconnier et son associé Jonas Larsson espèrent doper la distribution de leurs produits sur ces territoires. «Nous cherchons à doubler nos ventes chaque année», commente ce dernier. D’ailleurs, la firme a enregistré une croissance de 63% au premier trimestre 2020 malgré le contexte de pandémie mondiale.

Avec seulement cinq instruments et quatorze implants, Neo Medical offre aux chirurgiens la possibilité de couvrir la plupart des affections de la colonne vertébrale. Résultat: les interventions sont non seulement plus intuitives mais aussi plus rapides, autant pour les opérations de chirurgie ouverte que mini-invasive. De plus, grâce à l’optimisation de la méthode de fabrication de ses produits et son approche à usage unique, Neo Medical se targue de réduire considérablement l'empreinte environnementale de ces interventions: de 75% par rapport aux systèmes réutilisables traditionnels qui impliquent des décontaminations et stérilisations de masse.

Conseil d’administration étoffé

Parallèlement à son tour de financement, Neo Medical a annoncé que deux vétérans de l'industrie medtech rejoindront son conseil d'administration. Michel Orsinger en devient membre et Oern Stuge prend le rôle de président. «Leur présence représente une validation de notre approche et un apport significatif en termes d’expertise et d’expérience», se réjouit Vincent Lefauconnier.
Débutant sa carrière chez Novartis, Michel Orsinger a par la suite été le COO Synthes de 2004 à 2012. Suite au rachat de la firme par Johnson & Johnson, il a dirigé la plus grande société orthopédique au monde: DePuy Synthes, de 2012 à 2015.

Président et CEO d'Orsco Life Sciences, Oern Stuge affiche une expérience de douze ans chez Medtronic où il a occupé plusieurs postes de direction. Cet habitué des conseils d'administration a auparavant exercé en tant que médecin, directeur chez Abbott Laboratories et CEO dans une start-up norvégienne.

Lire aussi: Neo Medical réinvente la boîte à outils des chirurgiens






 
 

AGEFI



...