Freelane: une app pour faire le meilleur choix, sans tracas

jeudi, 19.12.2019

La start-up lausannoise Freelane développe un outil destiné à réduire le stress et optimiser le temps de ceux qui voyagent fréquemment. Elle vient de recevoir le soutien de la FIT.

Sophie Marenne

La jeune entreprise veut aider les voyageurs à sa déplacer de leur point de départ à leur destination, en toute sérénité, même en cas d'imprévu. (Pixabay)

Train, réunion, lunch, conférence, café, taxi, avion,... Dans l’engrenage bien huilé du quotidien, le moindre grain de sable peut entraîner une cascade de conséquences parfois difficiles à anticiper. La start-up vaudoise Freelane cherche à minimiser l’ampleur de cet effet domino grâce à son application. «Imaginez: vous rendez à l’aéroport de Genève pour prendre un vol en direction de Londres où vous avez prévu une réunion. Votre train est bloqué en gare et notre système détecte que vous n’arriverez pas à temps pour le décollage. Dans la minute où le problème surgit, les trois meilleures options vous sont alors présentées, pour vous aider à prendre la meilleure décision», explique Nicolas Fete, cofondateur de la jeune entreprise hébergée au sein de l’incubateur de l’École Hôtelière de Lausanne (EHL).

Dans le cas du trajet vers l’aéroport, l’app conçoit des solutions personnalisées et en temps réel, par rapport à l’ensemble de l’agenda de l’utilisateur et par rapport aux nécessités du trajet comme le temps de parcours dans le bâtiment, l’attente à la sécurité ou la distance jusqu’au bureau londonien. «Les options proposées seront, d’un côté, un trajet en taxi, Uber ou Lyft, couplé avec une réservation du service Priority Lane pour accéder au contrôle sans passer par la file d’attente; ou, d’un autre côté, la réservation du vol suivant, auprès d’une autre compagnie, avec la réservation d’un taxi à l’arrivée et le déplacement de la réunion de 30 minutes.»

Selon son concepteur, trouver les meilleures options rapidement face à un obstacle est chronophage et énergivore. «De plus, au moment de nous décider, nous n’avons qu’une vision limitée des conséquences sur la suite de l’agenda. A la manière d’un joueur d’échecs, évaluer toutes les possibilités relève du casse-tête, sachant qu’en plus nous sommes dans une situation de stress.» Le système fonctionne grâce à une connexion avec les cartes routières et celles des aéroports. La start-up a également mis en place des partenariats avec des compagnies aériennes pour optimiser les prévisions de l’application.

Pilote en 2020

L’idée derrière ce projet est venue à Nicolas Fete peu après la naissance de son premier enfant. «Je me suis rendu compte que le quotidien serait dorénavant bien différent et que chaque grain de sable dans mon organisation aurait un impact important sur ma vie professionnelle comme privée», se souvient-il.

La première étape de la création s’est déroulée à Berlin, en 2017, lors du Re-coding Aviation Hackathon. En septembre 2018, la start-up a remporté la phase d’incubation de l’IATA Geneva Hackathon, sur le thème de la réduction du stress des passagers. Cet événement était orchestré par l’International Air Transport Association (IATA) – soit l’organisation qui représente plus de 290 compagnies aériennes du globe – et il regroupait des développeurs de 27 pays différents. L’entreprise a ensuite été fondée officiellement en 2019, au sein de l’EHL.

S’appuyer sur le tremplin des voyageurs  d’affaires

Ce mardi, la Fondation pour l'innovation technologique (FIT) a annoncé octroyer 70.000 francs à Freelane, sous forme d’une bourse de 20.000 francs et d’un prêt de 50.000 francs. Ces fonds lui permettront de réaliser un prototype minimum viable (MVP) et de renforcer son équipe d’une dizaine de personnes en vue de développer l’application. «Nous chercherons un financement massif courant 2020 pour soutenir le développement de notre solution», ajoute celui qui vise à lancer le projet pilote au début de la même année. En février, l’équipe de Freelane présentera son projet au Business Travel Show de Londres, le grand rassemblement du secteur.

La première cible de Freelane: les voyageurs d’affaires. «Nous visons les compagnies dont plus de 100 employés voyagent chaque semaine. Les individus concernés prennent plus de 20 vols par année et ont des responsabilités à l’international avec des profils de manager et de directeur.» A long terme, Nicolas Fete assure que les frontières du marché de la jeune pousse seront amenées à être repoussées. «Notre domaine d’application initial  est le business mais c’est une première étape. En fin-de-compte, c’est la gestion de l’agenda quotidien de tout-un-chacun qui sera possible avec notre application.»

A la question de la plus-value par rapport à un service de navigation comme Google Maps, Waze ou Mapsme, Nicolas Fete souligne: «Notre solution dépasse largement les aspects de mobilité et de transport. Elle prend en compte l’agenda mais aussi, l’attente sur le trajet, les considérations financières voire environnementales. Ses propositions vous garantissent de faire le meilleur choix en termes de temps mais aussi de coût et de vos objectifs personnels.»






 
 

AGEFI




...