Verity Studios est le chef d’orchestre des drones show

lundi, 14.05.2018

La start-up zurichoise commercialise des prestations live destinées à l’industrie du divertissement. Nommés Lucies et Flyers, les robots volants ont déjà brillé dans 15 pays différents.

Sophie Marenne

Les micro-drones de Verity Studios cartonnent dans le monde entier. A Broadway, dans le spectacle Paramour du Cirque du Soleil, ils ont participé aux chorégraphies des artistes.

La foule de 22.000 fans de hard rock qui s’est pressée au Palexpo le 11 avril dernier n’a pas seulement assisté au concert de Metallica. Elle a été témoin de la première performance d’une nuée de micro-drones autonomes dans une tournée musicale. Depuis septembre, le groupe californien est en effet accompagné par des robots volants swissmade sur scène, durant la chanson Moth into Flame. «Nos 99 drones font partie du show», commente Markus Waibel, cofondateur et CEO de Verity Studios. «C’est le plus large essaim que nous ayons composé à ce jour.»

Spin-off de l’EPFZ

L’entreprise, née à l’Institute for Dynamic Systems and Control de l’EPFZ, a développé une nouvelle génération d’appareils interactifs et autonomes. Grâce à cette innovation, la start-up est devenue le premier fournisseur mondial de drones show en intérieur. «Nous avons fait nos premiers pas à la Flying Machine Arena, un espace de tests destiné aux chercheurs de l’EPFZ. Nous avons ensuite fondé l’entreprise en 2014», raconte-t-il.

>> Retrouvez tous nos articles consacrés à l'industrie suisse du drone dans notre dossier spécial 

La première œuvre de la start-up est un court métrage, créé en collaboration avec le Cirque du Soleil et l’EPFZ. Nommé Sparked, il allie la performance humaine dramatique avec un groupe de drones costumés et virevoltants. La jeune pousse conçoit ensuite une première performance en direct pour le spectacle du Cirque du Soleil Paramour, joué à Broadway en 2015.

Des planches de Broadway à l’aéroport de Singapour

«Nos clients sont les compagnies de l’industrie du divertissement», explique le CEO. «Des agences de croisière aux stades tels que le Madison Square Garden de New York; des organismes de gestion de tournées aux théâtres, notamment pour une année de show à Broadway; des cirques, avec le Circus Knie, jusqu’aux aéroports, avec le Changi Airport de Singapour au sein duquel nos engins ont effectué des spectacles de Noël.» Toutes ces représentations sont opérées par les clients eux-mêmes. Verity Studios leur loue ou leur vend un système, puis forme leur personnel afin qu’il puisse exécuter la performance seul. «C’est la preuve de la grande maturité technique et de la robustesse de nos innovations.» En outre, Verity Studios intervient pour de grands évènements d’entreprise, comme le gala d’anniversaire d’ABB en 2016. Au total, les robots zurichois nommés Lucies et Flyers ont déjà brillé dans 15 pays différents. «Cela représente plus de 25.000 décollages, vols et atterrissages autonomes depuis nos débuts.»

Des métiers jamais vus

La start-up emploie 38 collaborateurs dans ses bureaux zurichois: entrepreneurs, ingénieurs, chorégraphes, mathématiciens, concepteurs,... «Certains de ces postes sont plutôt inhabituels. Par exemple Léa Pereyre est notre drone costume designer: c’est un métier complètement inédit.»

>> Lire aussi: l'industrie helvète du drone doit prendre son envol sans plus attendre

Prestations sur-mesure et millimétrées

Les maîtres mots de l’entreprise sont sécurité et fiabilité – deux concepts clés pour travailler à proximité des foules et pour offrir, à chaque représentation, une performance sans failles. Bien que Verity Studios ait conçu une nuée d’une centaine de drones au plus, les essaims pourraient être encore plus importants. «Il n’y a pas de limite technologique», précise Markus Waibel.

Il conseille généralement une offre assez commune de 32 appareils. Il ne dévoile pas le coût précis de ces prestations, qui dépendent d’une multitude de facteurs: espace de vol, nombre d’engins, durée du spectacle, exigences créatives,… «Généralement, c’est un montant à six chiffres, je ne peux en dire plus.». 






 
 

AGEFI



...