Le vin à la tireuse gagne des adeptes en Suisse

mardi, 08.05.2018

La solution Ecofass-Vin, une solution de vin distribué à la tireuse grâce à un fût, a été étudiée et testée pour le marché suisse par l'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL). Elle pourrait bientôt faire partie des habitudes de consommation des Suisses.

Un fût de 20 litres de vin remplace ainsi 30 bouteilles en verre, ce qui réduit l’espace nécessaire au stockage.(pixabay(

Ecofass-Vin est une solution de vin distribué à la tireuse grâce à un fût. Il a été conçu pour préserver le goût et la qualité du vin, tout en offrant une approche plus écologique. 

Un fût de 20 litres de vin remplace ainsi 30 bouteilles en verre, ce qui réduit l’espace nécessaire au stockage, et représente des économies en recyclage de bouchons, étiquettes et caisses de vin.

"Plusieurs producteurs de vin renommés (entre autres Stéphane Gros) et coopératives de production (Cave de Genève par exemple) sont déjà fidèles à cette nouvelle solution de vin en fût", écrit l'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) dans un communiqué.

Du côté des consommateurs, le vin à la tireuse remplace l'achat nécessaire d'une bouteille entière lors des dégustations. 

Adopté en France et aux Etats-Unis

L'étude menée par l’EHL note que de nombreux consommateurs en France préfèrent d’ores et déjà commander leur vin au verre plutôt qu’à la bouteille. Les recherches se poursuivent parmi le segment des consommateurs qui restent foncièrement attachés aux rituels de présentation et de service de vin en bouteille afin de mieux comprendre leurs réticences face à la solution proposée.

Reste que le marché potentiel de développement du vin en fût est considérable, note l'Ecole hôtelière de Lausanne. Aux États-Unis, ce système a été adopté par plus de 4700 établissements, et l’Italie et le Royaume Uni se montrent favorables au vin en fût et à la consommation à la tireuse.

"Chez nous, notamment en Romandie, le vin en fût a déjà été adopté par 20 établissements, et près de la moitié des restaurants et débits de boisson de Romandie sont en faveur de cette solution". 

L'étude a été menée dans le cadre d'une collaboration entre CG Industry, l’IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin), La Haute École de viticulture et oenologie de Changins, Bibarium, les cantons de Vaud, Genève et Neuchâtel, Interreg, la Confédération suisse et l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL).






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...