AVS: Eveline Widmer-Schlumpf plaide pour la solidarité entre générations

dimanche, 16.04.2017

La solidarité entre générations est de plus en plus exigeante, estime la nouvelle présidente de Pro Senectute Eveline Widmer-Schlumpf. Il est d'autant plus important de parler ouvertement des problèmes qui peuvent se poser, au lieu de polémiquer.

Le ton qui règne actuellement dans les discussions sur la réforme de la prévoyance vieillesse inquiète Eveline Widmer-Schlumpf.

Eveline Widmer-Schlumpf, l'ancienne conseillère fédérale, fraîchement élue à la présidence de la fondation, s'est exprimée samedi à la radio alémanique SRF. Elle a rappelé qu'un nombre toujours décroissant de jeunes devra payer pour toujours davantage de retraités.

"Il faut être conscient que les retraités actuels sont dans une meilleure situation que ce qui attend les jeunes en ce qui concerne l'AVS et la caisse de pension", estime l'ancienne ministre des finances.

Il est d'autant plus important que les jeunes participent au débat et qu'ils se rendent aux scrutins: "Il s'agit de votre avenir, faites-vous entendre!", leur lance Mme Widmer-Schlumpf. (awp)

Parallèlement, elle rappelle que les aînés se portent financièrement mieux aujourd'hui que jadis: mais tous les retraités ne roulent de loin pas sur l'or. Une personne âgée sur huit est touchée par la pauvreté. 13% des hommes et 38% des femmes à la retraite ne disposent que de la rente AVS: "Ce n'est pas beaucoup pour vivre".

De plus, les seniors apportent une contribution non négligeable, notamment à travers le bénévolat: "Sans cet engagement, la société serait appauvrie".

Le ton qui règne actuellement dans les discussions sur la réforme de la prévoyance vieillesse l'inquiète, a ajouté la Grisonne. Mais il n'est pas vrai, selon elle, que les aînés et les jeunes ne s'entendent plus du tout: au sein des familles notamment, il existe une grande solidarité. Des grands-parents soutiennent leurs petits-enfants et vice versa.

Concernant le prochain vote sur la réforme de la prévoyance vieillesse, Mme Widmer-Schlumpf part du principe "que des grandes réformes sont possibles". Le vote sur l'introduction de l'AVS en 1947 a été précédé de décennies de débats. Au final, la génération de l'époque a réussi à créer un bon système.

Dans le débat actuel, il faut souligner qu'il s'agit d'assurer la prévoyance vieillesse des jeunes. "La réforme ne changera pas grand-chose à la situation des retraités actuels", estime l'ancienne conseillère fédérale. (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...