Une start-up russe veut commercialiser des publicités en orbite

mardi, 12.02.2019

La société russe StartRocket, créée en 2018, veut envoyer des publicités dans l'espace au moyen d'un ensemble de minuscules satellites.

SG

Les publicités seraient affichées à une altitude de 400 à 500 kilomètres et visibles la nuit. (StartRocket)

Vous admirez le ciel par une belle nuit étoilée quand soudainement un logo Coca-Cola surgit de nulle part. Une illusion? Cela pourrait bientôt devenir réalité. C’est en tout cas le projet de la start-up russe StartRocket. Créée en mai 2018 par l’entrepreneur russe Vlad Sitnikov, la société a pour but de commercialiser des espaces publicitaires en orbite terrestre. Sur son site internet, StartRocket indique que l’affichage orbital pourrait potentiellement toucher 7 milliards de personnes. 

Les publicités seraient affichées à une altitude de 400 à 500 kilomètres et visibles la nuit si l’on en croit la vidéo de la start-up simulant le rendu des publicités en orbite. StartRocket indique que trois à quatre messages pourraient être diffusés par jour avec une zone visible de 50 km2. 

Pour l’heure, la société n’a pas révélé les détails sur la fusée qui placerait les satellites en orbite ni sur le prix qu’il facturerait à ses clients.

Lancement prévu pour janvier 2021

La start-up collabore depuis l’été 2018 avec Skoltech, l’Institut des sciences et de la technologie basé à Moscou, pour développer son produit. L’affichage des publicités dans l’espace s’effectuerait au moyen d’un ensemble de petits satellites, appelés CubeSat, équipés d’un voile réfléchissant d’environ 9 mètres de diamètre. La réflexion de la lumière du soleil sur ses satellites permettrait de rendre visible un logo ou un message publicitaire.

StartRocket propose trois possibilités d’utiliser son système. Premièrement à des fins de divertissement, en diffusant un message dans le cadre d’un événement particulier. Deuxièmement en diffusant un logo ou le nom d’un produit spécifique. Et troisièmement, la start-up veut proposer aux gouvernements de recourir à son offre pour avertir la population en cas de catastrophes, par exemple quand les téléphones ne fonctionnent plus. 

La start-up russe a déjà effectué des tests sur des ballons stratosphériques avec Skoltech et mis en place un processus de brevetage. Le lancement des premiers affichages est prévu pour janvier 2021.

Inspiré par un projet artistique

Vlad Sitnikov s’est inspiré pour son projet de la boule à facettes mise sur orbite en janvier 2018 par la société californienne Rocket Lab, indique NBC News. Le satellite Humanity Star en forme de boule à facettes a été lancé dans l’espace dans le cadre d’un projet artistique visant à inciter les gens à observer le ciel. Le satellite a fait le tour de la planète pendant deux mois avant de se consumer dans l’atmosphère.

Le patron de StartRocket a déclaré que l'audace du projet Humanity Star l'avait amené à se demander: "Et si on inventait un nouveau média, le premier média en orbite?"

Inquiétudes du côté scientifique

Le projet de StartRocket, tout comme celui de Rocket Lab, sont toutefois loin d’enthousiasmer tout le monde. L’orbite terrestre comprend déjà 1400 satellites en activité et l’arrivée de ces CubeSat  publicitaires pourraient parasités les recherches et les observations des services de surveillance astronomique. 

"Envoyer plus de satellites en orbite augmenterait les risques de collisions et nous ne voulons pas que cela se produise“, a déclaré John Crassidis, professeur de sciences mécaniques et aérospatiales à l’Université de Buffalo, à NBC News. “Le plus gros problème est que ces objets finiront par devenir des déchets spatiaux."

Vlad Sitnikov a expliqué que les satellites resteraient dans l’espace pendant un an au maximum, après quoi ils se désolidariseraient de l’orbite pour brûler dans l'atmosphère. Ce qui augmenterait le nombre de débris orbitaux, déjà estimés à plus de 500.000 par le département américain de la Défense.

Le projet de l’entrepreneur russe pose également des questions au niveau légal. Selon l’experte en droit de l’espace américaine Joanne Gabrynowicz, citée par NBC News, les Etats-Unis ont interdit la publicité dans l’espace en 1993, mais aucune interdiction de ce type n’est en vigueur en Russie. 






 
 

AGEFI



...