Watchdreamer lance un site de vente de montres de luxe à crédit

vendredi, 09.11.2018

La société lausannoise Watchdreamer a lancé jeudi sa plateforme de vente en ligne de montres de luxe avec option d'achat à crédit. Le nouveau site veut démocratiser le marché de la haute horlogerie.

"Mon leitmotiv étant de permettre à ma clientèle l’accès à des produits de prestige tout en lui offrant la possibilité de décider de la manière de financer ses achats », Nicolas Hildenbrand – Fondateur de Watchdreamer.

Les personnes disposant d'un budget limité pourront désormais entrer dans l'univers des montres de luxe. La société lausannoise Watchdreamer a lancé jeudi sa plateforme de vente en ligne avec option d'achat à crédit. L'entreprise assure qu'elle proposera des solutions en cas de difficultés financières pour les petites bourses.

"J'ai l'ambition d'offrir à l'horlogerie de luxe un segment de clientèle qui n'existe pas", explique Nicolas Hildenbrand, fondateur et directeur général.

Le lancement du site watchdreamer.com répond à une tendance lourde dans le secteur du luxe, à savoir la numérisation de l'acte d'achat. Les grands groupes suisses - comme Richemont avec les plateformes watchfinder et Yoox-Net-à-Porter - investissent de plus en plus dans le canal de vente virtuel.

L'originalité de watchdreamer.com consiste à proposer une option de paiement à crédit directement sur le site, via un formulaire à remplir en ligne. Ce système existe déjà, mais à l'étranger. L'idée de départ de M. Hildenbrand était de fournir un services de leasing, comme pour les voitures. Il s'est heurté aux réserves des institutions financières, prudentes face au manque de traçabilité des montres.

Les taux d'intérêt varient de 4,5% à 9,8%, selon la solvabilité du client, la durée du contrat et le montant de l'emprunt. "Nous situons toutefois la fourchette moyenne entre 4,5% et 7%", précise M. Hildenbrand.

Dans le cadre de cette offre, la plateforme lausannoise collabore avec Creditum, intermédiaire financier qui fait le lien avec les "six plus grands instituts de crédit de Suisse".

Le montant minimal du crédit est fixé à 3300 francs, considérant qu'une caution de l'ordre de 10% du prix est demandée au moment de la conclusion du contrat.

Par ailleurs, il faut être salarié en Suisse pour contracter un crédit via watchdreamer.com.

Près de mille montres

Le catalogue comprend actuellement près de mille montres neuves valant entre 2000 et 124'000 francs. Une large palette de grandes marques helvétiques est disponible, comme Omega, Rolex, Breguet, JeagerLeCoultre ou encore Hublot. Les géants Swatch Group et Richemont sont représentés.Avant l'envoi, les garde-temps sont stockés chez quelques détaillants bijoutiers. L'objectif pour M. Hildenbrand est d'éviter de court-circuiter ces acteurs importants du marché de l'horlogerie.

Le site fait la part belle aux montres nouvelles. Le marché de l'occasion n'est toutefois pas oublié. La plateforme travaille avec le spécialiste genevois Laurent Ponti, qui met en vitrine quelques pièces de collection. La plus onéreuse est une Patek Philippe Chronographe à 135'000 francs.

Nicolas Hildenbrand ne s'épanche pas sur son modèle d'affaires, plus précisément la commission qu'il encaisse à chaque transaction. "Je ne gagne de l'argent que lorsqu'une vente est réalisée. Il n'y a pas de système d'abonnement sur ma plateforme", précise le fondateur.

La société Watchdreamer emploie quatre personnes et ambitionne de vendre 300 montres par an. Le site n'est décliné momentanément qu'en français et en anglais. Une mouture en allemand est prévue au premier trimestre 2019.

Nicolas Hildenbrand souligne l'importance qu'il accorde à la responsabilité sociale face aux risques d'endettement que fait peser le petit crédit sur les personnes vulnérables financièrement. Outre le délai légal de résiliation de 14 jours, le fondateur de Watchdreamer garantit des facilités de remboursement.

"Contrairement à une voiture, une montre ne perd que peu de valeur une fois usagée. Watchdreamer permettra aux personnes se trouvant en difficulté financière d'utiliser sa plateforme pour revendre l'objet et solder ainsi le crédit", assure le directeur.(ats)

 

 






 
 

AGEFI



...