Requestionner, repenser, réinventer

vendredi, 13.09.2019

La société à choix multiples où toutes les cases sont cochées risque bien d’avoir vécu.

Pécub

L’accélération de l’accélération de toutes les dysfonctions apparues par enchantement consenti cause problème. L’éducation unique pratiquant la linéarité culturelle ignore le mode complexe trop fatiguant à développer. Les larmes au plastic des baleines sauront-elles réveiller nos pensées ? Réveiller, pas transformer, pas d’excès d’optimisme béat. Le miracle de la science humaine trouvera certainement la solution à oxygène éthique, c’est garanti par le discours politique, en réplique rhétorique au catastrophisme émotionnel. Tout va très bien Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien.

Serait-il indiqué de requestionner les Lao Tseu, les Socrate et les Platon avant de repartir en crédulité ignorante ? La vanité cartésienne va-t-elle à nouveau donner son quitus à la cupidité ? Je gagne beaucoup d’argent donc je suis. « Keep it simple and stupid ». La fin justifie les moyens. Le Prince de Nicolas Machiavel. Les formules magiques pour ne rien changer sont éternelles. A la désespérance quelle anti-désespérance ? Vous n’êtes pas obligés de nous écouter, après tout nous ne sommes que des enfants. Le sourire de Greta est le même que celui de Gioconda. Incroyable mais vrai. C’est quoi le message ? Léonard de Vinci n’a pas fini de nous inspirer. Si nous le voulons bien.

J’ai fait ce que j’ai fait à mon époque, avec les circonstances et les opportunités de mon époque. Soyez audacieux, ré-inventez-moi, avec les circonstances et les opportunités de votre époque. Mon génie est définitivement obsolète, il n’est plus d’aucune utilité ; à vous de le repenser.

Dispersé dans mes cahiers il y a le questionnement universel. Les questions utiles, les questions nécessaires, les questions interdites, les questions stupides, les questions de recherche et développement, les questions de gestion des ressources, les questions animales, les questions végétales, les questions minérales, les questions artificielles. Toutes les questions mènent au point fixe d’Archimède. Le questionnement universel a un centre de gravité. Associativité, homogénéité, commutativité, au barycentre des équilibres, le basculement est irrémédiable. Selon que le point d’inertie soit, physique, mécanique, astronomique, biologique, économique ou politique, le basculement sera merveilleux ou désastreux. André Maurois écrivant la vie de Sir Alexander Fleming, l’inventeur de la pénicilline, ouvrira aux esprits nobles la Destinée bienveillante. « Chacun de nous peut se retourner vers sa carrière passée et se demander ce qui serait arrivé s’il avait fait autre chose que ce qu’il a fait, souvent sans raison réelle. À chaque moment, il y a deux chemins ; nous devons en choisir un et nous ne savons pas où conduit l’autre. Il se peut que nous choisissions le meilleur ; il se peut que nous ne le sachions jamais ».

La société à choix multiples devenue société à choix unique, est face au choix climatique. L’urgence en conseillère d’adrénaline nous positionne au dilemme d’Epicure augmenté du double chemin de Fleming. Le paradoxe de l’omnipotence financière ne voulant ni voir, ni comprendre, le questionnement de Léonard de Vinci a sa chance à saisir.

En ce moment présent, je suis où, j’y fais quoi, et pourquoi je fais ça et pas autre chose?






 
 

AGEFI




...