Kuehne + Nagel a réalisé un premier trimestre convaincant

lundi, 27.04.2020

La situation est plutôt bien gérée jusqu’ici par Kuehne + Nagel. Le cash-flow a été préservé en dépit d’une baisse des capacités et volumes due au Covid-19. 300 millions de masques de protection importés.

Philippe Rey

Kuehne + Nagel. Sa rentabilité demeure au-dessus de la moyenne même en période d'adversité.

Le groupe de fret intercontinental et de logistique Kuehne + Nagel (K+N) a accompli un premier trimestre 2020 qui a répondu aux attentes dans les circonstances actuelles liées au Covid-19. Celles-ci ont pour conséquence une baisse du commerce mondial et des volumes réduits considérablement dans toutes les unités d’affaires du groupe qui a son siège à Schindellegi/Schwyz.

Les seuls segments où les volumes ont augmenté sont la pharma et le commerce en ligne (e-commerce). Mais de façon spectaculaire : l’activité de contract logistics, dont la restructuration progresse, selon Detlef Trefzger, CEO de K+N, a effectué deux fois plus de cargaisons que lors du précédent trimestre. Les biens alimentaires, le café, les boissons et les jouets ont rencontré une forte demande. Par ailleurs, la plateforme myKN pour la clientèle a affiché une hausse de 145% des utilisateurs comparé à la même période de 2019. Depuis le début mars, Kuehne + Nagel a importé quelque 300 millions de masques de protection pour ses clients via le fret aérien en provenance d'Asie.

L’Europe et l’Amérique du Nord sont lourdement affectés depuis mars, cependant que les affaires ont commencé à reprendre en Chine le mois passé. La durée et la sévérité de la pandémie sont incertaines, rendant toute prévision impossible pour 2020.  

Force financière et flexibilité

La force financière de K+N lui permet de bien naviguer à travers la crise. K+N opère dans 108 pays (1400 implantations), avec 45'000 employés connectés à distance. K+N adapte sa capacité de transport et sa structure de coûts, ce qui lui a permis de contrebalancer en bonne partie des volumes plus faibles.

Son résultat net s’est établi à 139 millions de francs lors des trois premiers mois de 2020, ce qui correspond à un bénéfice par action de 1,15 franc (1,50 au 1er trimestre 2019). Le bénéfice brut s’est inscrit en recul à 1,878 milliard (1,978 un an auparavant). Le bénéfice d’exploitation a atteint 184 (242) millions.

Le cash-flow d’exploitation ressort à 380 (419) million.K+N a cependant généré un cash-libre (free cashflow) solide de 156 millions de francs (qui exclut le prépaiement de 72 millions de francs d’impôt retenu à la source, revirement au 2ème trimestre 2020), au regard de 140 millions au 1er trimestre 2019. Le rendement des capitaux employés (ROCE) s’est élevé à 51% (66% sans les acquisitions et les actifs prêts à la vente), ce qui demeure très haut. K+N s’est mis d’accord pour céder à XPO Logistics la majeure partie de ses affaires de contract logistics au Royaume-Uni. La valeur des actifs mis à la vente figuraient pour 415 millions à l’actif du bilan à fin mars.  

La valeur boursière de K+N se monte à 16,4 milliards de francs, ce représente un peu plus de 14 fois le free cashflow dégagé en 2019. Cela paraît intéressant si l’on table sur une reprise en 2021 et la capacité à accroître le free cashflow à long terme. Celui-ci sera probablement plus faible cette année en raison de la pandémie. Les liquidités de K+N étaient pratiquement inchangées à fin mars par rapport à la fin de 2019: 903 (910) millions. L'action K+N suit un trend haussier à long terme, avec une consolidation sur les cinq dernières années. On peut en dire autant de l'action C.H. Robinson Worlddwide (cotée sur au Nasdaq). 

K+N a peu de dettes financières ; les engagements portant sur les contrats de leasing sont certes importants, proches de 1,7 milliard, ce qui se comprend vu le modèle «asset light» de K+N. Le leasing n’est pas problématique pour une entreprise comme K+N qui engendre un cash-flow libre élevé en moyenne à travers les cycles économiques.

K+N se révèle le numéro un mondial dans le fret maritime où il a été confronté à une diminution des volumes venant et vers la Chine en février, tandis que le mix cargo s’est avéré négatif du fait de volumes plus bas des PME. Dans le fret aérien, où K+N occupe une position de numéro deux, la continuité des affaires atténue le recul du marché. La performance a été soutenue par le mix cargo qui a été salutaire.






 
 

AGEFI



...