La Fed prête à tout!

dimanche, 19.04.2020

La Réserve fédérale a réalisé l’impensable en incluant dans son programme d’achat d’actifs les «anges déchus».

Catherine Reichlin*

Catherine Reichlin

Telle une héroïne des temps modernes et dernier recours des sans-espoir, la Réserve fédérale, a réalisé l’impensable en incluant dans son programme d’achat d’actifs, les «anges déchus». En étant prête à acheter ces obligations, dont la notation a été dégradée de la catégorie «investissement» (IG) à l’univers «spéculatif» (HY), la Fed a montré qu’elle était là et prête à utiliser autant d’armes que nécessaire pour éviter un enrayement des marchés.

Les «anges déchus» ne sont pas les seuls à bénéficier des largesses de la Fed, cela pourrait être également le cas des ETF HY sous certaines conditions. Les conséquences économiques de la pandémie et l’effondrement des prix du pétrole avaient déjà ramené les marchés de crédit dans le stress de la crise financière de 2009. A cela s’est ajouté celui des «anges déchus» et des centaines de milliards qui risquaient d’abonder un marché du HY déjà en proie à un effondrement de la demande.

La prime de risque de l’indice Bloomberg Barclays US Corporate HY a dépassé la barre symbolique des 1000bp (10%) pour clôturer à 10,99% le 23 mars, au plus haut depuis l’été 2009. Contrairement à la crise précédente, la Fed agit très rapidement pour enrayer le mouvement et éviter qu’il ne s’empire. Fin 2008, cette même prime avait atteint 19,70%! Le marché du HY ne bénéficie cependant pas uniformément de la nouvelle. Les achats de la Fed concernent les débiteurs qui étaient encore IG le 22 mars. Une aubaine pour Ford, déclassée entre le 23 et 25 mars ou encore Macy’s, déclassée entre le 25 mars et le 1er avril.

Ce changement n’est pas un blanc-seing pour autant car les émetteurs doivent jouir d’une note de BB- minimum, soit se maintenir dans la meilleure note du HY. En outre, et tout comme c’est le cas pour la dette IG, les achats de nouvelles obligations sont soumis à des conditions financières quasi prohibitives avec une prime additionnelle de 100bp à payer. Il s’agit donc d’un outil de dernier recours, autant pour ses conditions financières que pour le risque de réputation.

Le croisiériste Carnival, noté BBB- mais en surveillance négative, ne s’y est pas trompé. Il a préféré compter sur le marché pour emprunter 4 milliards de dollars à 4 ans avec une prime de... 1162bp au-dessus du Trésor américain, soit un coupon de 11,50%! Alors que la Fed n’aurait pour l’instant encore rien acheté, son annonce de fournir jusqu’à 2,3 trillions de dollars a fait toute la différence. La prime de risque de l’indice HY a rebroussé chemin à 7,28% et celle d’emprunts Ford de maturité 4 ans sont passés de 15,90% au pic de mars à 5,13%. Celle d’emprunts 10 ans en revanche se sont à peine resserrés de 10,58% à... 9,27%.

Le marché ne s’y trompe donc pas. Si certains «anges déchus» ont trouvé leur «ange gardien» celui-ci ne les protégera pas inconditionnellement. Et s’aventurer sur le terrain du HY demande plus que jamais des connaissances solides et une sélectivité de qualité.

* Responsable recherche financière, Mirabaud & Cie






 
 

AGEFI



...