Marx et Rockefeller

vendredi, 11.10.2019

La rencontre du printemps des travailleurs avec l’automne des financiers présage-t-elle d’un été ou d’un hiver socio-économique?

Pécub

Marx et Rockefeller sont-ils antagonistes ou protagonistes associés ? Le sujet du travail observé par l’œil de Karl et le sujet du pétrole observé par l’œil de John Davison participent-ils d’une même énergie ? En 2016, la famille de l’homme le plus riche de tous les temps aurait décidé de se désengager du pétrole, trop sale, trop polluant, trop conflictuel. Quel prix naturel pour l’énergie musculaire ? Quel prix artificiel pour l’énergie fossile ? Quel effet moteur du pétrole sur le développement de la société humaine ? Industriel philanthrope, le mythique self-made man américain aura-t-il été altruiste calculé ou altruiste spontané ? Question d’exemplarité ou de réussite jalousée. John Davison Rockefeller, 1839-1937, américain. Karl Marx, 1818-1883, allemand. Qui réunit le plus de monde, la manif des capitalistes ou la manif des prolétaires ? Adam Smith, Lénine, Engels ou Max Weber ? Et Bouddha, le bienheureux de l’éveil par la sagesse, lui qui a transcendé la dualité, comment médite-t-il Marx et Rockefeller ? Le Yin et le Yang du Tao ? Deux pensées complémentaires ou couple improbable aux déterminations belliqueuses. L’expérience immédiate des phénomènes climatiques va définitivement unifier les consciences et mettre ensemble Marx et Rockefeller à la gestion d’un même projet. « Make our Planet safe again ». Je m’occupe de convaincre les travailleurs. Et moi, je m’occupe de convaincre les financiers. Avec nos expériences respectives, rien de bien compliqué. On oublie définitivement les énergies faciles pour prendre le temps de la réflexion, de l’imagination, de l’invention, de l’argent ressource et de la révolution. Un programme ambitieux qui mettra tous les travailleurs-entrepreneurs-philosophes-rêveurs d’accord, l’oxygène. Mettre de l’oxygène dans la finance. Mettre de l’oxygène au boulot. Mettre de l’oxygène dans la biodiversité. Mettre de l’oxygène dans les esprits. Mettre de l’oxygène partout dans les circuits. Bien oxygénés, tous les cerveaux feront du Léonard de Vinci. A la demande du crédit de réalisation, John Davison répondra « oui » avec conviction. Là ou il y a Marx et Rockefeller qui échangent, qui se respectent et qui s’écoutent, il y a toutes les énergies nécessaires à la vie. Pourquoi cela va fonctionner ? Parce que pour naître, grandir et vivre, nous respirons tous le même oxygène. 






 
 

AGEFI




...