G20: Chine et Etats-Unis sous la pression

samedi, 01.12.2018

La rencontre au sommet du G20 samedi soir entre les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping est fort attendue.

Le premier ministre indien Narendra Modi, le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping. (Keystone)

Les dirigeants du groupe des cinq puissances émergentes, Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud, ont condamné le protectionnisme vendredi au G20. Ils ont appelé à un commerce international ouvert et au respect de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

"L'esprit et les règlements de l'OMC vont à l'opposé de l'unilatéralisme et des mesures protectionnistes. Nous demandons à tous les membres de s'opposer à de telles mesures (...) et de respecter les engagements pris auprès de l'OMC", ont écrit dans un communiqué au premier jour du sommet du G20 à Buenos Aires les dirigeants du groupe des puissances émergentes, dit le "BRICS".

Pour sa seconde journée samedi, la réunion sera entièrement tournée vers la rencontre en soirée entre les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping, qui vont tenter de négocier une trêve commerciale. Ils ont prévu un "dîner de travail" en fin de journée.

Pékin espère dissuader Washington d'imposer de nouveaux droits de douane sur les produits chinois. Les Etats-Unis prévoient de porter dès le 1er janvier prochain à 25% les tarifs douaniers sur quelque 200 milliards de dollars de produits importés chinois, contre 10% à l'heure actuelle.

Un représentant du ministère chinois des affaires étrangères a déclaré que les chances de parvenir à un consensus augmentaient, tout en notant que des divergences subsistaient. De son côté, le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, a déclaré qu'il serait "surpris" si cette rencontre samedi entre les présidents américain et chinois "n'était pas un succès".

MBS et Poutine

Un autre moment fort du G20 samedi sera la réunion bilatérale entre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, alias "MBS", et le président russe Vladimir Poutine. Le cours de l'or noir, en chute libre, est suspendu depuis des semaines à un éventuel accord des deux puissances pétrolières sur une baisse de production.

Un accord des deux hommes, qui ont affiché leur franche camaraderie vendredi, pourrait déclencher l'ire du président américain. Donald Trump, un des principaux soutiens du prince saoudien, dont la réputation est entachée par l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, compte sur lui pour maintenir un prix du pétrole bas.

Au moment où les dirigeants des pays membres du G20 commençaient à arriver en Argentine jeudi, les travaux préparatoires piétinaient sur la rédaction de la déclaration que les dirigeants publieront samedi à l'issue du sommet.

D'après une représentante du gouvernement russe, la rédaction du texte n'a jamais été aussi longue. "C'est très compliqué", a-t-elle dit, précisant que des divergences demeuraient sur toutes les questions majeures. (ats)






 
 

AGEFI



...