La Poste veut augmenter ses tarifs pour la livraison de colis

lundi, 24.06.2019

La Poste va construire trois nouveaux centres régionaux destinés au traitement des colis. Légères augmentations des prix en vue pour les acteurs de la branche.

"Nous souhaitons introduire de légères augmentations de prix", a indiqué le patron de Postlogistics, Dieter Bambauer. (Keystone)

Pour répondre à l'essor du commerce en ligne de ces dernières années, la Poste a annoncé la construction de trois nouveaux centres régionaux destinés au traitement des colis et l'extension d'un centre existant, le tout pour un montant avoisinant les 200 millions de francs. Un investissement que le géant jaune entend bien rentabiliser auprès des acteurs de la branche.

"Nous souhaitons introduire de légères augmentations de prix", a indiqué à la NZZ am Sonntag le patron de Postlogistics, Dieter Bambauer. Les hausses envisagées ne concernent par les envois de colis entre particuliers, qui ne représentent aujourd'hui qu'une petite part du volume total.

Le dirigeant a l'intention de discuter des "ajustements de prix" directement avec les entreprises concernées. Le montant de ces derniers n'a pas été précisé, mais le dominical alémanique parle d'une hausse à un chiffre en pourcent. La part qui sera refacturée (ou non) au client final restera à la discrétion des commerçants en ligne.

Au cours des dix dernières années, le nombre de colis traités par la Poste a augmenté de plus d'un tiers, passant de près de 100 millions à plus de 135 millions.

A cela s'ajoutent des pics saisonniers toujours plus longs, ainsi que des actions - à l'image du Black Friday importé des Etats-Unis - qui anticipent les périodes de haute activité, après lesquelles il faut encore gérer les retours. "L'extension de la haute saison nous apporte une charge de travail nettement plus importante", fait remarquer M. Bambauer.

Selon lui, le temps n'est plus à la guerre des prix en Suisse, la clientèle locale étant disposée à payer un peu plus si elle peut avoir la certitude que le service et les conditions de travail sont au rendez-vous.

Face au risque de voir ses clients se tourner vers d'autres prestataires en cas de hausse des prix, le dirigeant se veut pragmatique. "C'est le risque du numéro un du marché", assure-t-il, convaincu que la qualité du service de colis de la Poste est un avantage concurrentiel déterminant.

"Les consommateurs, les commerçants en ligne, les politiques et les partenaires sociaux feront en sorte que la pression sur les salaires ne s'accentue pas encore, car à terme cela n'est viable pour personne", estime M. Bambauer. (awp)






 
 

AGEFI



...