Polices et armée mobilisées pour le WEF

lundi, 20.01.2020

Entre 4200 et 4500 militaires, dont 93% sont des soldats de milice, sont mobilisés pour le Forum économique de Davos.

La police va intensifier les contrôles de véhicules et de personnes aux alentours de l'aéroport pour assurer la sécurité des participants au WEF. (Keystone)

Les forces de police et l'armée sont mobilisées à l'occasion du WEF 2020 qui se déroule cette semaine à Davos (GR). Jusqu'à 5000 soldats peuvent être engagés dans l'opération. Les polices de tous les cantons participent aux mesures de sécurité.

Il s'agit d'un dispositif de sécurité national, a indiqué lundi à Davos Walter Schlegel, chef de la sécurité du WEF et commandant de la police cantonale des Grisons. Il n'a pas précisé combien de policiers sont effectivement affectés à l'opération.

Les polices cantonales de tous les cantons, des grandes villes et du Liechtenstein mettent des effectifs à disposition. Même en dehors de Davos, les forces de l'ordre sont confrontées à une situation spéciale. Des manifestations d'envergure en lien avec le WEF se sont déjà déroulées à Lausanne, Berne, Lucerne, Zurich et Landquart (GR). Une manifestation est prévue à Davos mardi.

Niveau de menace

Le niveau de menace est le même que depuis les attentats de Paris en 2015, a précisé le commandant. Il existe un important risque terroriste. Le plus élevé est celui d'attaques d'individus isolés ou de petits groupes. La situation à Davos même est calme. "Nous sommes prêts", a affirmé Walter Schlegel.

Entre 4200 et 4500 militaires, dont 93% sont des soldats de milice, sont mobilisés pour le WEF 2020, a indiqué de son côté le commandant de corps Aldo Schellenberg. En cas de nécessité, jusqu'à 5000 hommes peuvent être engagés. Les militaires s'occupent essentiellement de la protection des bâtiments et des personnes.

Les Forces aériennes sont aussi engagées. L'espace aérien et l'accès aux aérodromes dans la région de Davos est limitée depuis lundi jusqu'à samedi. La circulation aérienne sur le territoire suisse est limitée dans un rayon de 46 kilomètres environ autour du centre de Davos. Des restrictions similaires s'appliquent aux zones limitrophes de l'Autriche et de l'Italie.

Zone aérienne soumise à autorisation

L'entrée dans la zone est soumise à autorisation des Forces aériennes. Les appareils qui y pénètrent sans autorisation pourront être abattus en cas de nécessité. L'ordre est de la compétence de la conseillère fédérale Viola Amherd et du chef des Forces aériennes.

Le système de sécurité mis en place pour le WEF a son coût. Il est estimé à environ 9 millions de francs. Le WEF prend à sa charge 2,5 millions, la Confédération 3,375 millions, le canton des Grisons 2,25 millions et la commune de Davos 1,125 million.

L'engagement de l'armée devrait se monter à 32 millions de francs. La somme est prélevée dans le budget du Département fédéral de la défense.

Aéroport de Zurich

La police zurichoise est particulièrement mobilisée pour le WEF 2020. Environ 130 personnalités politiques, cinq représentants de familles royales, 22 présidents, dont Donald Trump, et 23 premiers ministres sont attendus à l'aéroport de Zurich ces prochains jours.

La police va intensifier les contrôles de véhicules et de personnes aux alentours de l'aéroport pour assurer la sécurité des participants au WEF, a annoncé lundi la police cantonale zurichoise. Au total, 400 policiers zurichois, dont 300 de la police de la ville de Zurich, sont affectés à des tâches sécuritaires liées au Forum économique mondial.

Arrivée mardi de Donald Trump

La mobilisation sera la plus forte mardi, jour de l'arrivée à l'aéroport de Zurich du président américain Donald Trump. La police recommande d'éviter la zone de l'aéroport de ce jour-là.

Les curieux ne pourront pas assister à l'arrivée du président américain grâce aux webcams de l'aéroport. Pour des raisons de sécurité, elles sont débranchés, comme lors de chaque WEF.

L'avion de Donald Trump devrait arriver mardi entre 08h00 et 10h00. Si la météo le permet, le président américain se rendra ensuite à Davos à bord de l'hélicoptère présidentiel Marine One. Il est clair qu'il est plus sûr de rejoindre la station grisonne par les airs que par la route, a souligné Marcel Frei, responsable de la centrale d'engagement pour le WEF au sein de la police cantonale zurichoise.

Le risque d'attaque contre le président américain est plus grand que lors de sa venue en 2018, a souligné Marcel Frei. C'est une conséquence du conflit entre les Etats-Unis et l'Iran et de l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani. (awp)

>> Notre dossier complet consacré au World Economic Forum






 
 

AGEFI




...