La fintech zurichoise Yova lève 4 millions de francs

lundi, 27.04.2020

La plateforme d’investissement à impact Yova, qui a doublé son nombre d'utilisateurs au premier trimestre, vient de lever 4 millions de francs pour soutenir son expansion.

SG

Tillmann Lang, co-fondateur et CEO de Yova.

La fintech zurichoise Yova, fondée en 2017, poursuit sa croissance. Elle vient de terminer un tour de financement de 4 millions de francs, ce qui lui permettra d'étendre son offre à d'autres pays européens au cours du deuxième semestre. Le nombre total d'utilisateurs de la plateforme a doublé au cours du premier trimestre

Le groupe d'investisseurs comprend WIVenture, investisseur international, Andreas Reinhardt, co-fondateur du VZ Vermögenszentrum, Pascal Grieder, CEO de Salt, Eva Richterich, membre de la direction de Ricola, Carole Ackermann, membre du conseil d'administration d'Allianz Suisse et de BKW.

Après une forte croissance de la Suisse alémanique et une ouverture au marché romand prévue fin avril, l'Allemagne est le troisième marché visé par la fintech. De nouveaux produits et activités seront également proposés. "L'entrée sur le marché allemand va encore accélérer notre développement commercial. Nous discutons actuellement d’une possible coopération avec divers prestataires de services financiers et compagnies d'assurance, car ils ont observé une demande croissante de la part de leurs clients pour des produits d'investissement durables et transparents", explique Tillmann Lang, co-fondateur et CEO de Yova.

L'objectif de Yova est de se développer vers d'autres pays après l'Allemagne. "Grâce à cette nouvelle levée de fonds, nous sommes très bien placés pour réaliser cette expansion. Notre équipe ne cesse de s'agrandir", se réjouit Tillmann Lang. 

Yova propose à ses clients de choisir parmi 16 thèmes tels que "le changement climatique", "les énergies renouvelables" ou "l’accès à l'éducation" et huit critères d'exclusion tels que "l’alcool", "le tabac" ou "les armes". Le client crée ensuite son profil de risque individuel et reçoit des propositions d'un ensemble de 400 entreprises dans lesquelles la fintech investit pour lui.  Il s'agit uniquement de sociétés cotées en bourse, à moyenne et grande capitalisation. Cela peut être des fabricants d'éoliennes, Facebook ou encore Tesla. Le portefeuille final se compose de 30 à 40 actions. En plus des actions, chaque stratégie contient également des obligations d'État. 

>> Lire aussi: Yova veut décliner son modèle vert, numérique et automatisé en Suisse romande






 
 

AGEFI



...