Actelion: l'action s'envole alors que les rumeurs prennent forme

vendredi, 25.11.2016

La nominative Actelion a vu son cours flamber dès les premiers échanges vendredi, alors que les rumeurs de rachat se concrétisent.

Les rumeurs faisant état d'un rachat d'Actelion ne sont pas une nouveauté. A échéance régulière, on entend les noms les plus divers au nombre des potentiels acquéreurs, même si la plupart du temps les spéculations s'avèrent n'être rien d'autre que ce que les professionnels appellent "rumeurs du vendredi".

La nominative Actelion a vu son cours flamber dès les premiers échanges vendredi, alors que les rumeurs de rachat se concrétisent. Après les spéculations jeudi sur une reprise du laboratoire d'Allschwil par un "groupe américain", l'agence Bloomberg a cité le géant américain de la santé Johnson & Johnson (J&J), selon des "sources informées", mais toujours sous couvert d'anonymat.

Peu après 10h45, le titre s'envolait de 11,7% à 176,50 CHF, son plus haut depuis l'ouverture, dans un SMI en progression de 0,95%. Jeudi, après une ouverture en fanfare, le titre Actelion avait joué au yo-yo une bonne partie de la journée, avant de terminer sur une hausse de 1,9%.

En référence à l'entame de pourparlers non confirmée, Standard & Poor's a confirmé sa recommandation "strong buy", assortie d'un objectif de cours à 180 CHF. Selon l'analyste Jit Hoong Chan, si la rumeur se confirme, J&J devra mettre une "jolie prime" sur la table. Il rappelle qu'en juin 2015, le groupe bâlois avait déjà éconduit le britannique Shire.

JP Morgan se montre sceptique, notamment au vu du calendrier politique, avec les potentielles incitations fiscales de la future administration Trump qui orienteraient J&J plutôt vers une acquisition aux Etats-Unis. La banque américaine souligne également la réticence manifestée à plusieurs reprises par le directeur général (CEO) d'Actelion, Jean-Paul Clozel.

Pour Sibylle Bischofberger de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), l'intérêt de J&J pour Actelion est tout à fait plausible, d'autant plus que l'américain verra expirer l'année prochaine le brevet de son moteur des ventes Remicade.

Les rumeurs faisant état d'un rachat d'Actelion ne sont pas une nouveauté. A échéance régulière, on entend les noms les plus divers au nombre des potentiels acquéreurs, même si la plupart du temps les spéculations s'avèrent n'être rien d'autre que ce que les professionnels appellent "rumeurs du vendredi".

Il y a environ un an, l'émission d'un emprunt en milliards par le groupe pharmaceutique américain Gilead avait alimenté les fantaisies autour d'un rachat d'Actelion et mis les investisseurs en émoi. En 2010, il avait été question d'un autre colosse, toujours américain, Amgen. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...