Brain is lazy

jeudi, 08.11.2018

La nature est bienveillante envers les humains. Elle leur offre une quantité folle de sujets à découvrir, ainsi que les outils nécessaires pour observer et étudier. Avec une surprise en plus, la faculté essentielle à voir plus loin et innover, l’imagination.

Pécub

Nous avons les yeux, nous avons les mains, nous avons les paupières, nous avons l’imagination et des mégatonnes d’informations. Alors pourquoi ne se passe -t-il rien?

L’imagination c’est l’aptitude à dessiner sans crayon des images dans sa tête, à partir d’informations déjà en mémoire, ou de visions.

De tous les outils de la découverte, les plus volontaires dans l’apprentissage sont les mains et les yeux. Avec les mains je porte à mes yeux les sujets à explorer. Pour voir de plus près. Pour rentrer dans les détails. Pour rendre visible l’invisible. Pour émerveiller à l’extrême l’insatiable curiosité.

La science les yeux ouverts, l’imagination les yeux fermés. Les yeux en pleine conscience, regardent dehors et regardent dedans. Cette gymnastique optique nous transporte de rêves en réalités. De l’engagement au succès. Cependant, ceci dépend pour beaucoup du travail d’un assistant infatigable, les paupières.

Grace aux paupières, tout ce qui se gagne, jamais ne se perd. Les images rentrées se perpétuent et se transforment.

Nous sommes tous des visionnaires. Certains plus et d’autres moins. D’aucuns regardent par la fenêtre et d’autres regardent les écrans. La loi de la gravitation universelle nous aura démontré que nous allons irrésistiblement vers ce qui nous attire. L’action simpliste. Le syndrome du moindre effort. Et donc la facilité.

Comme Léonard, prendre le temps d’observer et d’aller regarder ailleurs. D’aller à la découverte de ce qui est encore sauvage, encore inconnu, encore caché. D’ouvrir les yeux et de laisser toutes les images nous pénétrer. D’en remplir à exploser tous les circuits de notre cerveau. De déborder la matière blanche, de vasculariser les nouveautés. De fermer ces mêmes yeux et de recomposer, de réinstrumenter, de réinventer. De brasser les images et les pensées. De tout connecter.

Nous avons les yeux, nous avons les mains, nous avons les paupières, nous avons l’imagination et des mégatonnes d’informations. Alors pourquoi ne se passe -t-il rien ou pas grand-chose ? Manque d’audace, manque de courage ?

Non.

Parce que la nature dans son infinie générosité, en plus des yeux, des mains et des paupières, nous a fait un cadeau extraordinaire : la flemme.

Chaque semaine dans l'Agefi, retrouvez la rubrique "dans la tête de Léonard de Vinci", par Pécub.






 
 

AGEFI



...