La musique peut tout changer

mercredi, 14.11.2018

Céline Renaud*

Céline Renaud

Vendredi soir, 20 heures, dans un chalet d’alpage dans le Jura vaudois, j’accueille des membres d’un conseil d’administration pour une soirée de «Dégustation de son» et de vin. Pour cette soirée particulière, je suis accompagnée d’un célèbre vigneron de Lavaux. Nous allons faire quelque chose de très spécial: est-ce que le vin change en fonction de la musique?

Lors des nombreuses «Dégustations de son», le public a toujours la possibilité d’échanger et de poser des questions. Certaines sont récurrentes, notamment l’influence des vernis sur le son quand nous personnalisons le Soundboard avec des œuvres d’art.
Chez JMC Lutherie au début de notre aventure, nous avons également posé cette question et pour trouver la réponse, nous nous sommes approchés de l’EPFL. Leur réponse a été digne de la Suisse: «oui et non»! Non, le vernis utilisé pour «imprimer» l’image n’a pas d’impact sur le son à la mesure, ni sur la courbe de fréquences, car les vernis utilisés sont toujours très souples, très fins et non pénétrants. En revanche, ils ont un département de psychoacoustique où ils disent que si nous écoutons la même musique sur un Soundboard de teinte naturelle, dégradé violon, noir, avec une œuvre-d’art ou avec une photographie, nous percevrons la musique différemment …

Ainsi, les sens ont un impact les uns sur les autres et la matière vivante influence le vivant. C’est ce que nous allons faire découvrir ce soir-là aux participants avec une dégustation de vin musicale. En effet, il ne s’agit pas d’un accord vin et musique, mais nous allons déguster le même vin trois fois: une fois sans musique, après avec musique, et ensuite encore avec une autre musique. Et, le vin se comportera différemment. Même les plus sceptiques sont obligés de l’accepter: le vin change de consistance. Avec certaines musiques, le vin sera un peu plus long en bouche ou alors plus liquoreux ou encore plus chaleureux. Avec d’autres musiques, il en ressortira plus facilement le côté minéral ou son acidité. La structure de la matière change donc avec la vibration. C’est ce que nous avons également constaté avec les champagnes ou le chocolat.

D’ailleurs, c’est une science que l’on appelle cimatique, qui vient du mot grec «cima» qui veut dire onde ou des résultats des travaux du professeur japonais Yoshinori Ohsumi. Si des mots doux sont dits à des grains de riz, ils se mettent à germer. Si cependant, on leur dit des mots grossiers, ils pourrissent. Un autre exemple consiste à congeler deux bouteilles d’eau auxquelles on a fait écouter deux musiques différentes. Le résultat observé est une structure de glace très différente en fonction de la musique écoutée. Ou encore si une plaque de métal est mise en vibration sur laquelle du sable est posé, en fonction de la musique jouée sur ces plaques, les grains de sable s’organiseront en structures géométriques plus ou moins harmonieuses.

Dans tous les cas, les participants sont obligés de se rendre à l’évidence, la matière vivante a un impact sur la matière vivante, le vivant influence le vivant. Nos sens influent les uns sur les autres. Inconsciemment ou pas, la musique nous influence tous les jours, et plus que nous l’imaginons.

* CEO et fondatrice, JMC Lutherie






 
 

AGEFI



...