2019, année de consolidation pour Frédérique Constant

mardi, 26.03.2019

La marque horlogère genevoise Frédérique Constant veut profiter de ses efforts réalisés ces deux dernières années dans le développement des produits et marchés, notamment américain et chinois. L'extension de la manufacture de Plan-les-Ouates sera inaugurée en juin prochain.

Le directeur général Niels Eggerding souligne que le marché est très difficile.

"2019 sera une année de consolidation", a indiqué son directeur général Niels Eggerding lors d'un entretien dans le cadre de la foire horlogère et joaillère Baselworld, qui se termine mardi. La marque, qui a fêté ses 30 ans l'an passé, a réalisé "deux bonnes dernières années. Nous étions bien occupés par le développement, avec des innovations sur les produits et des 
formations des personnels et dans les boutiques."

En parallèle, la marque rachetée en 2016 par le groupe japonais Citizen "a intégré des marchés où nous n'étions pas si forts mais où Citizen l'était, pour créer des synergies". Ces marchés sont le Royaume-Uni, le Japon, la Chine, les Etats-Unis et l'Italie.

Le patron de Frédérique Constant, passé notamment par les marques Rado, Certina et Longines de Swatch Group, souligne que "le marché est très difficile. Mais nous avons intégré des marchés en croissance comme les Etats-Unis et la Chine. Nous devons être
là".

L'an dernier, les exportations horlogères suisses à destination de la Chine ont progressé de 11,7% et de 8,2% vers les Etats-Unis.

Moins de touristes chinois en Suisse

En Asie, "la Corée du Sud, le Japon et Taïwan sont constamment en croissance". La Russie, mais aussi la Turquie, étaient des pays plutôt forts pour la marque. Mais ils connaissent des difficultés économiques et sont devenus des marchés plus difficiles.

En Europe, la France et l'Allemagne sont les principaux marchés de Frédérique Constant. La Suisse "reste forte, mais les touristes chinois y sont moins nombreux qu'avant".

Frédérique Constant revendique créer "un luxe accessible" pour ses clients, avec des montres à quartz à partir de 500 francs.

L'an dernier, la marque a lancé une montre hybride, combinant un mouvement automatique classique et une smartwatch. Elle indique notamment le nombre de pas par jour ou la quantité de sommeil de son utilisateur. À l'occasion de Baselworld, la marque présente
notamment trois nouvelles variations de cette montre, à partir de 3550 francs.

L'inauguration de l'extension de son usine de Plan-les-Ouates, qui produit 165'000 pièces par an, est prévue début juin. "Nous avons engagé 5-6 horlogers supplémentaires. Nous allons les former pendant deux à trois mois."

Alors que l'avenir de la foire horlogère et joaillère est remis en question par certains acteurs du secteur, Niels Eggerding, à la tête de l'entreprise depuis février 2018, se décrit comme un pro-Baselworld. "Nous avons entre 1200 et 1300 rendez-vous pendant la foire. On ne pourrait pas avoir tous ces contacts avec les journalistes et les détaillants en dehors, c'est très
utile. Le futur de Baselworld dépendra de ce que les grandes marques feront".(ats)






 
 

AGEFI



...