Le National augmente les fonds pour la formation et la recherche

mardi, 08.09.2020

La majorité du Conseil national estime qu'il est vital d'investir dans la formation et approuve une première enveloppe de 41,4 millions.

Pour les députés, le soutien à la recherche et à la formation doit être encore plus marqué. (Keystone)

Le National a ajouté mardi un premier paquet de 41,4 millions de francs pour le financement de la recherche et de la formation. L'enveloppe totale dépasse les 28 milliards pour 2021-2024. Le débat se poursuivra la semaine prochaine.

De nombreux orateurs ont salué la qualité de système de formation helvétique. La Suisse n'a "pas d'autre matière première que la matière grise", a relevé Isabelle Chevalley (Vert'libéraux/VD).

Christoph Eymann (PLR/BS) a de son côté jugé vital d'investir dans la formation. A ses yeux, la Suisse a un devoir à remplir à l'égard des générations futures, qui devront faire face à une concurrence globalisée.

Un tableau nuancé par Peter Keller, qui a dénoncé les résultats "déplorables" des élèves suisses dans les études Pisa. Pour l'élu UDC, l'argent ne suffit pas pour contrer les "erreurs" commises en matière de formation.

Signal fort

Le Conseil fédéral propose un total de 27,9 milliards de francs, soit deux milliards de plus que pour les quatre années précédentes (+2,2%). Pour Guy Parmelin, cette hausse "considérable" des montants proposés est conforme à la priorité que le conseil fédéral accorde au secteur de la formation, de la recherche et de l'innovation. Le Vaudois y voit un "signal fort de confiance et de stabilité" envoyé au public et aux acteurs de ce secteur "extrêmement stratégique".

Les crédits couvrent toutes les mesures nationales dans les secteurs de la formation professionnelle, des hautes écoles (EPF, universités cantonales, hautes écoles spécialisées), de la formation continue, de la recherche et de l'innovation. La transition numérique est l'une des priorités du nouveau programme.

Pour les députés, le soutien à la recherche et à la formation doit être encore plus marqué. Ils ont accepté par 119 voix contre 72 d'ajouter 20,4 millions à l'enveloppe des sénateurs pour la formation professionnelle, portant le total à 254,6 millions. Les organisations actives dans le domaine de la formation continue et les cantons recevront 6 millions supplémentaires (59,5 millions).

Enfin, les Ecoles polytechniques fédérales devraient bénéficier d'un budget étoffé de 15 millions de francs (10,825 milliards), une décision approuvée par 112 voix contre 81. Ce montant doit permettre de développer l'enseignement et la recherche dans le domaine du développement durable.

Le chef du département en charge de la formation Guy Parmelin a combattu cette dernière proposition. Il y voit une ingérence dans les affaires des EPF et un "dangereux précédent". Il a rappelé que le Conseil des EPF prévoyait déjà de créer 80 postes de professeurs et groupes de recherche dans ce domaine.

UDC isolée

Ces trois objets ont été approuvés à une large majorité. L'UDC n'a été soutenue que par une partie du groupe du centre pour combattre ces hausses. Quelques élus Vert'libéraux se sont joints à eux contre l'augmentation des fonds pour les Ecoles polytechniques. Peter Keller (UDC/NW) avait pourtant appelé à la prudence, regrettant que la Confédération "n'ose pas fixer des priorités" claires.

La gauche s'est elle retrouvée minorisée sur la question des bourses. Les contributions allouées aux cantons pour l'aide à la formation resteront en effet telles que le Conseil fédéral l'a prévu (100,3 millions). Le camp rose-vert aurait souhaité davantage. Le soutien aux bourses n'a plus bougé depuis une dizaine d'années, a rappelé Mathias Reynard (PS/VS).

Lors du débat, les députés ont également abordé la participation de la Suisse au programme européen Erasmus+. Eric Nussbaumer (PS/BL) a déposé une proposition pour que le Conseil fédéral présente un projet une fois le cadre financier pluriannuel 2021-2027 soit finalisé au sein de l'UE.

Guy Parmelin a répliqué que les conditions de participation n'étaient pas encore claires. Il faut attendre les précisions de Bruxelles avant de se lancer à l'aveugle, une position soutenue par le PLR.

Le débat se poursuivra le mercredi 16 septembre. La commission de la science du Conseil national propose encore d'ajouter 17 millions de francs au paquet. (awp)






 
 

AGEFI



...