Lutte de pouvoir: le TAF donne raison à SHL face aux actionnaires chinois

lundi, 17.06.2019

La lutte de pouvoir au sein de la société de télémédecine SHL a connu un nouvel épisode défavorable au pôle des gros investisseurs chinois.

SHL fait depuis longtemps l'objet d'une lutte de pouvoir entre la famille fondatrice Alroy et les investisseurs chinois.(Keystone)

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) à St-Gall a confirmé la décision de la Finma de rejeter deux plaintes des actionnaires concernés.

Les actionnaires chinois - Mengke Cai, Kun Shen, Xian Xu ainsi que Himalaya (Cayman Islands) TMT Fund et Himalaya Asset Management - s'étaient opposés à la suspension de droits de vote ainsi qu'à la décision de la Commission des reprises (Copa) de ne pas prolonger le délai de publication de leur offre publique de rachat de la société.

Ces deux décisions du gendarme financier helvétique (Finma) se voient aujourd'hui confirmées par le verdict du TAF tombé le 29 mai, annonce lundi SHL, société israélienne cotée à la Bourse suisse. Les dispositions contestées par le groupe d'actionnaires ont donc force de loi.

SHL fait depuis longtemps l'objet d'une lutte de pouvoir entre la famille fondatrice Alroy et les investisseurs chinois. L'entrepreneure Cai Mengke était soudain apparue comme principale actionnaire avec 29,9% à l'été 2016. Un autre investisseur, Kun Shen, avait dans la foulée pris 25% des actions.(awp)






 
 

AGEFI



...