Kandou Bus récolte 56 millions de francs

mardi, 24.09.2019

La levée de fonds de 56 millions, qui porte son capital à près de 100 millions, permet à la start-up Kandou Bus de lancer sur le marché un composant essentiel pour les prises USB-C.

Dr. Amin Shokrollahi, fondateur et CEO.

Kandou Bus, spin-off de l’EPFL, annonce une levée de fonds de 56 millions de dollars. Ce troisième tour de financement porte son capital à près de 100 millions.

Alors que les investisseurs étaient jusque-là principalement américains, cette nouvelle levée de fonds voit trois groupes suisses prendre des parts au capital: Swisscom, Forestay Capital ainsi que Fayerweather Capital Partners.

L’entreprise basée au parc de l’innovation de l’EPFL a déjà permis de faire évoluer plusieurs normes, en s’attaquant à l’un des plus grands défis de l’industrie électronique: la connectivité à haut débit et faible coût énergétique à l’intérieur et entre les appareils.

300 brevets

L’entreprise fondée en 2011 développe des composants informatiques permettant d’améliorer les performances et la fiabilité des communications entre appareils électroniques tout en minimisant leur consommation électrique. Alors qu’elle a jusqu’à présent vendu ses systèmes sous forme de licence, la start-up va maintenant tirer parti de ses quelques 300 brevets en lançant une série de produits pour des applications grand public.

Cet important tour de financement va notamment lui permettre d’amener sur le marché un important composant pour les premières prises USB-C compatibles avec le nouveau standard USB4. Ce dernier a été rendu public le 3 septembre dernier lors de l’USB Implementers Forum, qui réunit les multinationales du secteur comme Microsoft, Intel, IBM ou HP, et qui se charge de faire évoluer cette norme. Elle double la capacité de transfert de données, permet par exemple de prendre en charge deux écrans 4K UHD à 60 Hz, assure une charge rapide des ordinateurs portables et un traitement des vidéos amélioré.

«Le marché est énorme», résume Amin Shokrollahi, CEO de la start-up. Ce développement, compatible avec les versions USB précédentes, touchera aussi bien les ordinateurs portables que les disques durs externes, les écrans ou encore les consoles de jeux.

«Les premiers exemplaires destinés aux prises USB-C ont montré en laboratoire d’excellents résultats avec une faible consommation», se réjouit Amin Shokrollahi, aussi professeur à l’EPFL. Une sortie sur le marché pourrait intervenir à l’été 2020 déjà.






 
 

AGEFI




...