Grèce: vers une nouvelle aide de l'UE

lundi, 10.10.2016

La Grèce a fait les réformes nécessaires ouvrant la voie au déboursement d'une nouvelle tranche d'aide de 2,8 milliards d'euros, a affirmé lundi le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici a estimé que de "de bons progrès ont été faits". (Reuters)

"Je pense que nous aurons une bonne réunion parce que de bons progrès ont été faits" par la Grèce, a dit M. Moscovici, à son arrivée à une réunion des ministres des Finances de la zone euro, réunis lundi à Luxembourg.

"Le jugement que nous sommes amené à prononcer pourra être positif", a-t-il ajouté. "Ce qui devrait ouvrir la porte au déboursement des 2,8 milliards d'euros qui restent dans le cadre de la première revue du programme" d'aide à la Grèce.

"Le déboursement devrait être complètement approuvé, mais retardé, car nous attendons des données de septembre sur des arriérés de payement", a ensuite détaillé une source européenne.

Le versement de ces 2,8 milliards était conditionnée à la réalisation de quinze réformes qui ont toutes "été complétées", selon M. Moscovici.

Parmi elles, des avancées sur les privatisations, le marché de l'énergie et la création d'une autorité indépendante pour surveiller les revenus publics.

Athènes et les pays de la zone euro s'étaient entendus en juillet 2015 sur un troisième plan d'aide prévoyant l'octroi de crédits jusqu'à 86 milliards d'euros à la Grèce qui, de son côté, s'était engagée à un certain nombre de réformes.

La nouvelle tranche de 2,8 milliards vient compléter une première tranche de 7,5 milliards, déjà versée en juin pour permettre à la Grèce de rembourser des crédits antérieurs.

"Si cela se passe bien (lors de l'Eurogroupe), nous pourrons nous tourner vers la deuxième revue", a ajouté Pierre Moscovici.

Il espère obtenir, "d'ici la fin de l'année, un accord global" qui permettra d'"aborder la question de la dette" grecque.

La question de la dette est particulièrement importante pour le FMI, qui a de nouveau appelé l'UE à l'alléger, condition pour qu'il accepte de participer financièrement au plan d'aide à la Grèce.

"Je souhaite que le FMI demeure ce qu'il est c'est-à-dire un partenaire structurel et structurant de ce programme", a commenté Pierre Moscovici.

Soumise à des politiques d'austérité draconiennes, la Grèce peine toujours à sortir de la récession malgré l'amélioration de ses finances. (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...