UBS écope d'une amende de 14 millions dans l'affaire China Forestry

mercredi, 14.03.2018

La grande banque UBS a été épinglée par le gendarme financier de Hong Kong (SFC), qui lui a infligé une amende de 14 millions de francs dans le cadre de l'affaire China Forestry.

En plus de l'amende de 14 millions de francs infligée à UBS, le gendarme financier de Hong Kong (SFC) a également prononcé une interdiction partielle d'exercer d'une durée de 18 mois à l'encontre du groupe zurichois. Ce dernier ne pourra pas agir comme sponsor d'introduction en Bourse (IPO) durant cette période, rapporte Le Temps mercredi.

UBS n'entend pas en rester là. "Comme la banque entend faire appel de cette décision, nous ne sommes pas en position de fournir de commentaires", a indiqué Mark Pandy, porte-parole, cité dans l'article.

Le géant bancaire est accusé d'avoir failli à son devoir de diligence en tant que sponsor de China Forestry Holding, société ayant effectué son IPO en 2009.

L'entreprise spécialisée dans la fourniture de bois à l'industrie du papier et de l'ameublement aurait mentionné avant sa cotation des flux de liquidités ne correspondant pas à la réalité de son activité, explique Le Temps. UBS aurait omis de rapporter ces irrégularités, ce qui lui est reproché par la SFC.

Des griefs identiques sont adressés par le gendarme financier hongkongais à l'autre sponsor de l'IPO, la banque britannique Standard Chartered.

En octobre 2016, UBS avait averti d'un risque d'amende et de suspension d'habilitation à mener des entrées en Bourse à Hong Kong. Début 2017, la SFC avait engagé des poursuites contre UBS et Standard Chartered, procédure abandonnée quelques mois plus tard pour cause de prescription de faits.

Au-delà de la pénalité, l'interdiction d'accompagner des introductions en Bourse à Hong Kong tombe mal pour UBS, au moment où d'importantes IPO se préparent, affirme Le Temps. Le fabricant de smartphones Xiaomi ou la plateforme financière Lufax ont exprimé leur volonté d'entrer à la cote.

Dans une note interne à laquelle le quotidien a eu accès, la grande banque a indiqué que les affaires continuent comme d'habitude, en attendant la décision en appel.

Selon l'article, UBS a perdu son influence dans le domaine des IPO. Il y a dix ans, elle avait accompagné 10% des entreprises qui se sont cotées à la Bourse de Hongkong, s'inscrivant même en tête de la liste des sponsors en 2015. En 2016 et 2017, la proportion a reculé respectivement à 3% et 2%. (awp)






 
 

AGEFI




...