Meyer Burger: feuille de route confirmée par la prochaine direction

lundi, 28.11.2016

La future équipe de direction désignée par Meyer Burger a confirmé lundi à l'occasion d'un premier point de presse les grandes lignes du programme de recapitalisation brossé par ses prédécesseurs.

En plus du programme de recapitalisation, l'entreprise doit encore travailler sur sa rentabilité.

La future équipe de direction désignée par Meyer Burger a confirmé lundi à l'occasion d'un premier point de presse les grandes lignes du programme de recapitalisation brossé par ses prédécesseurs. L'équipementier de l'industrie solaire s'est choisi jeudi dernier un nouveau directeur général (CEO) ainsi qu'un nouveau président du conseil, entre autres. Le groupe a obtenu le lendemain le feu vert de ses créanciers obligataires à ses demandes de changements de conditions liés aux emprunts qui arriveront à échéance en 2020.

Le prochain administrateur en chef et actuel vice-président Alexander Vogel, dont la promotion doit encore obtenir l'aval des actionnaires le 2 décembre, a souligné que la prolongation des crédits auprès des banques avait déjà été formalisée. La troisième et ultime étape du plan de recapitalisation se jouera donc vendredi, avec la mise au scrutin d'une augmentation de capital de 160 mio CHF.

"Nous délivrerons les détails sur l'augmentation de capital dès le lendemain", a promis le successeur pressenti de Peter Wagner.

En plus du programme de recapitalisation, l'entreprise doit encore travailler sur sa rentabilité, a pour sa part prévenu Hans Brändle, qui doit succéder début janvier à Peter Pauli à la tête de l'exécutif. "Nous devons mener à terme le programme d'optimisation, accélérer la croissance et dégager de la valeur pour nos actionnaires", a indiqué le futur CEO.

La finalisation du projet de recapitalisation doit permettre à Meyer Burger d'abaisser ses coûts de financement et d'amortissement, a quant à lui assuré le directeur financier (CFO). L'équilibre opérationnel pourra dès lors être atteint à compter d'un chiffre d'affaires de 400 mio CHF, a poursuivi Michel Hirschi.

Le programme d'économies dévoilé en septembre prévoit la suppression de 250 postes de travail, soit environ 16% des effectifs. Le gros des coupes a déjà été annoncé et de premiers collaborateurs ont déjà quitté l'entreprise. La réduction du nombre de collaborateurs doit représenter une moitié, voire deux tiers, des économies de 50 mio CHF visées.

M. Vogel a encore indiqué que les entrées de commandes en octobre s'étaient avérées supérieures à la moyenne et n'exclut pas que le carnet d'ordres s'établira en fin de trimestre au dessus de son niveau de fin septembre. - (awp)

  • Développement dans l'édition de mardi de L'Agefi


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...