Swisspod s’attaque au standard de l'Hyperloop en Europe

mercredi, 17.06.2020

La firme de Monthey intègre l’initiative Hyperloop Development de la Commission européenne. Né de la participation de ses fondateurs à la compétition californienne SpaceX Hyperloop, Swisspod veut créer des capsules sûres et efficaces.

Sophie Marenne

Le design des futures capsules de Swisspod devrait être particulièrement sécurisant pour les passagers et la marchandise. (Swisspod)

Dix-sept petites minutes pour faire Genève – Zurich, à la place d’à peu près trois heures en voiture ou en train: cet objectif de science-fiction est dans le viseur de la bien réelle entreprise Swisspod. Né suite à la participation de ses fondateurs au concours SpaceX Hyperloop organisé par Elon Musk, le spin-off de l’Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL) a annoncé mardi qu’il prendrait part à l’initiative Hyperloop Development de la Commission européenne. «Ce soutien européen accélèrera le déploiement de projets Hyperloop à travers l’Europe», se réjouit Leonard Karsunky, directeur marketing de Swisspod.

Imaginez un train suspendu électromagnétiquement circulant dans un tube dépressurisé, c’est-à-dire vidé de son air. Il s’y déplace à toute vitesse puisqu’il y a zéro friction: voilà l’idée derrière ce mode de transport qui pourrait théoriquement atteindre 1200 km/h. Alors que des chercheurs du monde entier planchent sur ces infrastructures du futur, la Commission européenne a pris les devants en termes de standardisation et de régulation. L’institution veut instaurer un cadre propice à l’émergence d’un système interopérable à l’échelle du continent. Ces règles assureront aussi la sécurité des passagers et des marchandises. «Ce cadre commun nous permettra d’opérer et de commercialiser notre technologie», décrit le jeune ingénieur. 

Aux côtés de Swisspod, des start-up d’Europe, des Etats-Unis et du Canada mais aussi les principales agences européennes de l'espace et des transports – notamment l'ESA, l'EASA et l'ERA – et l’acteur public-privé Shift2Rail. «Nous travaillerons ensemble à définir une feuille de route réglementaire de ce mode de transport entièrement électrique.» L’initiative Hyperloop Development s’inscrit d’ailleurs dans la stratégie de l’Union européenne qui vise la neutralité climatique d’ici 2050.

Des capsules sûres et suisses

En juillet 2018, une équipe lausannoise participait à la compétition SpaceX Hyperloop, en Californie. Depuis 2015, ce concours annuel met en compétition des étudiants de partout sur le globe. L’EPFLoop à laquelle prenaient part Denis Tudor et Cyril Dénéréaz – respectivement CEO et CTO de Swisspod aujourd’hui – est parvenue à la troisième place du podium en termes de vitesse et à la première place au regard de la sécurité du design de la capsule. De quoi inciter le doctorant et le chercheur du Laboratoire de métallurgie mécanique à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Swisspod a été fondée en 2019 pour développer des capsules, ou pods, durables et efficaces.

Installé à Monthey, en Valais, Swisspod compte 25 collaborateurs. En ce moment, l’équipe collabore étroitement avec l’EPFL et la filiale suisse du groupe Busch Vacuum Solutions. Le but est de mettre au point un prototype de capsule dont la start-up ne peut encore rien dévoiler. Leonard Karsunky explique uniquement que «bien que nous ayons été quelque peu ralentis par la crise sanitaire, nous sommes en plein dans la production des pièces.»

Votre nom sur un pod

La prochaine étape pour la société sera une levée de fonds de série A, lancée d’ici à la fin de l’année. La somme ciblée, d’un montant à sept chiffres, servira à engager d’autres ingénieurs et mettre en place une phase de tests.

Pour se financer, Swisspod propose aussi un crowdfunding sur son site web. Par exemple, chacun peut inscrire son nom sur le tout premier prototype de pod pour 500 francs et ainsi prendre le train de l’Hyperloop en marche.






 
 

AGEFI



...