Le National en faveur de la réouverture des frontières

mercredi, 06.05.2020

La fermeture des frontières pose de multiples problèmes pour la reprise économique. Le tourisme a aussi besoin d'une bouffée d'air, selon la majorité.

L'UDC s'est opposée à cette réouverture des frontières.(Keystone)

Les frontières devraient être rouvertes par étapes pour permettre aux familles d'être réunies et rétablir la libre-circulation. Le National a adopté mercredi par 129 voix contre 49 une motion de commission en ce sens contre l'avis de l'UDC. Le Conseil fédéral a déjà prévu une ouverture graduelle. 

La fermeture des frontières pose de multiples problèmes pour la reprise économique. Elle a aussi séparé des familles pendant de longues semaines, notamment des couples non mariés qui n'ont pas pu bénéficier des facilités prévues par le Conseil fédéral, a déclaré pour la commission Nicolas Walder (Verts/GE). Le tourisme a aussi besoin d'une bouffée d'air, a renchéri Christa Markwalder (PLR/BE).

Le Conseil fédéral s'est montré ouvert à la proposition. "Nous voulons un retour aussi rapide que possible à la normalité pour minimiser les retombées négatives pour l'économie", a déclaré la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter. Le gouvernement a récemment annoncé une feuille de route.

Bombardée de questions de parlementaires pour qui cela ne va pas assez vite, la St-Galloise a répondu que la Suisse ne pouvait pas prendre une décision unilatérale. Tous les assouplissements ne pourront se faire qu'en concertation avec les Etats voisins.

Or ces pays ont souvent des règles encore plus sévères que celles de la Suisse. L'Allemagne a par exemple un régime très restrictif pour les concubins. La Suisse a malgré tout traité une dizaine de milliers de cas de rigueur. Pour les familles, des mesures ont été prises, a rappelé Mme Keller-Sutter, citant par exemple les couples qui ont des enfants.

L'UDC ne veut pas des chômeurs étrangers

L'UDC s'est opposée à cette réouverture des frontières. Pour Jean-Luc Addor (UDC/VS), le Covid-19 a entraîné une crise économique en Suisse; 1,9 million de salariés sont au chômage partiel. Le pays ne peut pas encore supporter "une libre-circulation des chômeurs".

Sur ce point, la conseillère fédérale a répondu qu'en vertu de la libre-circulation des personnes, les ressortissants de l'UE ne peuvent venir travailler en Suisse que s'ils ont un contrat de travail.

Thomas Aeschi (UDC/ZG) s'est lui inquiété d'une arrivée incontrôlée de personnes porteuses du coronavirus en Suisse. Christa Markwalder lui a répondu que la prise de température à la frontière n'était pas envisagée. Les mesures d'hygiène des mains et la distance de précaution sont selon elle suffisantes.

Réouverture en deux étapes

La conseillère fédérale a rappelé les grandes lignes de la réouverture des frontières. Dès le 11 mai, l'entrée, le séjour en Suisse et l'accès au marché du travail seront assouplies. Le regroupement familial sera de nouveau possible pour les Suisses et les citoyens des pays de l'UE.

Dès le 8 juin, une deuxième étape d'ouverture est prévue. Elle se déroulera en concertation avec les cantons et les partenaires sociaux, et s'accompagnera de la réactivation de l'obligation d'annoncer les postes vacants.

En concertation avec les partenaires européens, la priorité est d'abord allée à la libre-circulation des marchandises, puis à la libre-circulation des personnes. La réouverture des frontières à l'extérieur de l'espace Schengen sera examinée seulement dans une troisième phase, a expliqué Karin Keller-Sutter. Toujours sous réserve que la situation épidémiologique le permette.(awp)

>>>Notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...