La direction de la Poste était au courant des astuces comptables

jeudi, 08.02.2018

La direction de La Poste connaissait apparemment depuis des années les astuces comptables pratiquées par CarPostal. Une note confidentielle de 2013 publiée jeudi dans le Blick le prouve.

En 2011, les transferts ont totalisé 11 millions de francs, et 19 millions en 2012.(keystone)

Ce document que l'ats a pu se procurer était adressé entre autres au président du conseil d'administration de l'époque, Peter Hasler, et à la directrice de La Poste, Susanne Ruoff. Il y est question de "subventions croisées à la charge des affaires financées par des fonds publics".

Comme la loi sur les domaines subventionnés interdit d'inclure des bénéfices dans les prix, CarPostal Suisse n'a pas la possibilité de piloter ses gains, indique cette note rédigée dans le cadre de la révision interne. C'est pourquoi les transferts de coûts ont été effectués à la charge du transport financé par des fonds publics.

Cette pratique a été approuvée par la direction de CarPostal, selon ce document. En 2011, les transferts ont totalisé 11 millions de francs, 19 millions en 2012. Ces chiffres correspondent aux données figurant dans le rapport de l'Office fédéral de transports (OFT) qui a révélé les irrégularités.

Le conseil d'administration n'a pas jugé nécessaire d'agir. Susanne Ruoff n'est intervenue qu'en 2017, après une rencontre avec le directeur de l'OFT, Peter Füglistaler. L'office s'était battu durant presque un an sans succès pour avoir un accès complet aux comptes de CarPostal.

A lire aussi: CarPostal doit rembourser des subventions

Le document révélé par le Blick donne également pour la première fois la raison qui a poussé la filiale de La Poste, société à 100% en mains de la Confédération, à recourir à ces manipulations comptables illégales.

"La direction de CarPostal est consciente du risque mais ne voit aucune autre option pour le moment, compte tenu des objectifs de rentabilité qui lui ont été fixés. On cherche une solution avec la direction du groupe".

Dans une prise de position livrée à l'ats, La Poste conteste cependant l'existence même de ces objectifs de gains imposés à CarPostal. Il n'est question que d'"objectifs fixés en commun" présentés par le directeur de la filiale et le groupe.(awp)

Des politiciens demandent le départ de la directrice de La Poste

La pression politique monte d'un cran pour la directrice de La Poste, Susanne Ruoff. Après les révélations de la presse jeudi selon lesquelles elle était au courant des manipulations comptables de CarPostal, des parlementaires veulent qu'elle en tire les conséquences.

Pour Roger Nordmann, chef du groupe socialiste au Parlement, c'est clair: "Je crois qu'elle ne peut plus conserver son poste", a-t-il dit dans l'émission de la radio alémanique Rendez-vous. La confiance est rompue, ajoute-t-il. Sa collègue de parti Edith Graf-Litscher, qui préside la commission des transports au conseil national abonde dans son sens.

Dans les rangs bourgeois, il n'y a guère plus de compréhension envers Susanne Ruoff. "Si ces accusations sont vraies, elle doit être suspendue jusqu'à ce qu'à la fin de l'enquête", a déclaré Ulrich Giezendanner (UDC/AG) sur les ondes de la radio SRF. Il aurait attendu dès mardi une prise de position du président du conseil d'administration, Urs Schwaller.

Pour le conseiller national Thierry Burkart (PLR/AG), La Poste doit maintenant mettre les cartes sur la table et expliquer exactement de quoi il retourne. Il faudra dans un deuxième temps en tirer les conséquences personnelles. Enfin, il reviendra au politique de réfléchir à la manière de faire pour qu'une telle affaire ne se reproduise plus.(ats)







 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...