Le patron de Credit Suisse table sur un rebond de l'action

vendredi, 26.04.2019

La direction de Credit Suisse a essayé vendredi de justifier la mauvaise performance du titre, qu'elle explique essentiellement par le contexte difficile.

"Nous promettons que nous allons dès à présent relever notre valeur comptable par action, ce qui devrait se traduire dans la durée par une hausse du cours de l'action", a affirmé dans son discours au Hallenstadion de Zurich le directeur général (CEO) de la banque aux deux voiles, Tidjane Thiam.

 La direction de Credit Suisse a essayé vendredi de justifier, face à ses actionnaires réunis en assemblée générale, la mauvaise performance du titre, qu'elle explique essentiellement par le contexte difficile. Elle se montre également confiante pour les prochaines années.
"Nous promettons que nous allons dès à présent relever notre valeur comptable par action, ce qui devrait se traduire dans la durée par une hausse du cours de l'action", a affirmé dans son discours au Hallenstadion de Zurich le directeur général (CEO) de la banque aux deux voiles, Tidjane Thiam.
Il est légitime de se demander "pourquoi le cours de l'action se situe là où il est", et si la stratégie est véritablement couronnée de succès, a dit le Franco-Ivoirien, avant de souligner que l'évolution du cours de l'action ne dépend pas uniquement de la performance de la banque, mais aussi du contexte dans lequel opère l'ensemble de la branche.
Et de rappeler que le secteur bancaire a subi les vicissitudes des marchés ces dernières années. Selon Tidjane Thiam, entre l'été 2015 et 2016, le cours des valeurs bancaires européennes s'est effondré de 48%, et l'année dernière de 33%.
___ Pas de quoi pavoiser
Credit Suisse, qui a terminé sa restructuration à la fin de l'année dernières, est désormais "une banque fondamentalement différente et plus forte", a affirmé pour sa part le président du conseil d'administration Urs Rohner. "Nous avons dans l'ensemble atteint nos objectifs", et la banque est désormais en mesure et disposée à créer durablement de la valeur ajoutée pour les actionnaires.
La performance de l'année dernière et des trois premiers mois de 2019 reflètent selon ses dires "les grands progrès" accomplis. "Toutefois, nous ne pouvons certainement pas nous satisfaire de l'évolution du cours de notre action l'année dernière", a reconnu le président. Lui aussi pointe du doigt les conditions de marché, en particulier le contexte de taux bas, qui réduit l'attractivité du secteur bancaire européen par rapport à la concurrence étasunienne.
Depuis le début de l'année, la nominative Credit Suisse a connu une évolution très favorable. Avec un bond de 27%, contre +18,5% pour le marché dans son ensemble (état à la clôture de jeudi), le titre se distingue parmi ses rivaux européens.
Mercredi, le numéro deux helvétique avait publié son premier partiel, faisant état d'une hausse du bénéfice net supérieure aux attentes de 8% en rythme annuel à 749 millions de francs, et ce malgré une érosion de 4% des recettes, à 5,39 milliards.
A l'occasion de l'assemblée générale, le Hallenstadion a accueilli 1327 petits actionnaires de Credit Suisse, représentant à peine 1,18% des droits de vote. Les 98,82% restants se trouvent entre les mains d'un représentant indépendant des droits de vote.






 
 

AGEFI



...