Le géant chinois JD.com réussit son entrée à la Bourse de Hong Kong

jeudi, 18.06.2020

La deuxième plus grande compagnie de vente en ligne de Chine, JD.com, a vécu une excellente première journée de cotation.

Le numéro deux chinois de l'e-commerce, JD.com, est déjà coté au Nasdaq où il avait récolté 1,78 milliard de dollars lors de son introduction en 2014.(Keystone)

JD.com a fait une arrivée en fanfare jeudi à la Bourse de Hong Kong. Le géant chinois du commerce en ligne a levé quelque 3,5 milliards d'euros (3,7 milliards de francs) lors de sa première journée de cotation.

Les titres ont gagné 3,54% à la clôture, cotant 234 dollars de Hong Kong (HKD), soit 28,23 francs, alors que JD.com les a vendus au prix de 226 HKD l'unité. Il s'agit de la deuxième plus grande levée de fonds dans le monde depuis le début de l'année par le montant, selon l'agence financière Bloomberg.

Dans les premières minutes de cotation des 133 millions de nouvelles actions, les titres ont bondi de 5,75%. JD.com est déjà coté au Nasdaq où il avait récolté 1,78 milliard de dollars lors de son introduction en 2014.

Cette double cotation doit permettre au groupe de mieux concurrencer ses principaux rivaux, notamment l'américain Amazon et le chinois Alibaba. L'arrivée de JD.com à Hong Kong coïncide avec la fin de plus de deux semaines de soldes monstres sur sa plateforme qui ont permis de dégager 28,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, selon le groupe.

Pression américaine

Dans un contexte de rivalité commerciale, technologique et politique avec Washington, Pékin encourage désormais ses entreprises à choisir plutôt les places de Hong Kong ou Shanghai pour lever des fonds. La Chine a ainsi lancé l'été dernier une nouvelle plateforme de cotation à la Bourse de Shanghai pour les valeurs technologiques, avec l'espoir de concurrencer le Nasdaq new-yorkais.

"Hong Kong n'est pas soudainement devenu plus attractif pour les entreprises chinoises", déclare à l'AFP Larry Ong, analyste pour le cabinet SinoInsider. Face aux pressions américaines, elles n'ont tout simplement "pas d'autre choix" pour lever des fonds, selon lui.

Et ce phénomène est amené à se poursuivre, estime l'analyste Matthew Kennedy, du cabinet Renaissance Capital, qui s'attend à ce que "davantage" d'entreprises chinoises cotées aux Etats-Unis suivent l'exemple de JD.com. L'an dernier déjà, Alibaba, principal concurrent de JD.com et lui aussi coté aux Etats-Unis, avait levé la somme considérable de 12,9 milliards de dollars à Hong Kong.

La semaine dernière, NetEase, géant chinois de l'internet et des jeux vidéo, a récolté 2,4 milliards d'euros. L'opération survient aussi en pleine controverse autour de la loi de sécurité nationale que Pékin souhaite imposer à Hong Kong et qui suscite des craintes quant à l'autonomie de la métropole financière.

Confiance de mise

"Nous venons à Hong Kong non seulement pour partager notre promesse et notre développement avec davantage de clients (...) mais aussi parce que nous avons une confiance absolue dans la Chine et l'avenir de l'économie chinoise", a assuré Xu Lei, l'un des responsables de JD.com, lors d'une cérémonie organisée par le groupe.






 
 

AGEFI



...