L'industrie manufacturière suisse demeure robuste

mercredi, 03.01.2018

La dépréciation de la monnaie helvétique ainsi que la bonne conjoncture à l'étranger expliquent la croissance de l'activité manufacturière.

L'activité manufacturière suisse devrait rester robuste en 2018 car les carnets de commandes sont bien remplis.(keystone)

L'activité manufacturière suisse a continué de croître légèrement en décembre et est restée à son niveau le plus élevé depuis juillet 2010. L'indice PMI des directeurs d'achat a grappillé en décembre 0,1 point sur un mois à 65,2 points, s'inscrivant largement en zone de croissance, selon le compte-rendu mensuel compilé par Credit Suisse et procure.ch. Les perspectives sont aussi bonnes pour 2018.

En variation annuelle, l'indice suisse des responsables d'achats (PMI, désaisonnalisé) a pris 9,0 point, détaille le communiqué. En 2017, le PMI s'est situé en moyenne à 60 points. Seules les années 2010, 2006 et 2000 - marquées par un boom économique - avaient affiché une moyenne plus élevée.

La dépréciation de la monnaie helvétique ainsi que la bonne conjoncture à l'étranger expliquent cette performance.

L'activité manufacturière suisse devrait rester robuste en 2018 car les carnets de commandes sont bien remplis. Le sous-indice correspondant s'est inscrit à 70,0 points contre 69,3 points en novembre, une valeur approchée la dernière fois en 2010.

"Malgré des quantités d'achat plus importantes et une production toujours soutenue, les stocks de produits finis ont diminué, ce qui semble indiquer une demande étonnamment robuste", font remarquer les auteurs de l'enquête. Une hausse des prix, induite principalement par la baisse du franc, et des délais de livraison plus longs caractérisent aussi le secteur.

D'un autre côté, la bonne conjoncture se répercute maintenant lentement sur la situation du travail. En décembre, le sous-indice afférant a atteint 58,2 points , soit une hausse de 3,5 points sur un mois.

"Nous estimons cependant que l'augmentation du personnel ne se poursuivra qu'à un rythme lent en 2018, les entreprises donnant la priorité au rétablissement des marges et des bénéfices", souligne l'étude.(awp)






 
 

AGEFI


 

 



...