L'immobilier de bureau ne souffre que momentanément

mercredi, 08.07.2020

La demande pour les espaces de bureau a chuté de deux tiers durant les deux mois de confinement.

Dès le 17 mars, l'activité de location s'est repliée au même niveau que celui normalement observé durant la période des Fêtes de fin d'année. (Pixabay)

La pandémie de Covid-19 a mis à mal l'immobilier de bureau en Suisse. La demande pour ces espaces a chuté de deux tiers durant le confinement, affirme mercredi la société d'investissement CBRE Suisse. A long terme, le télétravail et le partage de bureau vont peser sur le taux d'occupation, mais la tertiarisation de l'économie va compenser cet effet négatif.

Dès le 17 mars, l'activité de location s'est repliée au même niveau que celui normalement observé durant la période des Fêtes de fin d'année, selon l'étude publiée mercredi. Le marché suisse de l'immobilier de bureau n'a pas réussi à absorber une surface totale de 35'000 mètres carrés disponible. Cette période de faible demande s'est étalée sur deux mois.

Un rebond est cependant déjà intervenu fin avril avec la réouverture progressive des services à la personne, des jardineries et des magasins de bricolage, précise le communiqué. La levée des principales restrictions pour les commerces le 11 mai a offert un nouveau bol d'air frais à l'immobilier de bureau, qui n'a cependant pas retrouvé sa forme d'avant-crise.

La demande devrait diminuer de 600'000 mètres carrés en 2020. Avec la récession attendue, le taux de disponibilité des surfaces de bureaux va augmenter de 1,5% d'ici l'année prochaine, selon CBRE Suisse.

Les auteurs de l'étude affirment cependant que cette augmentation ne se traduira pas forcément par une envolée du taux de vacance des espaces de bureau, car les baux sont toujours en cours. L'impact se fera sentir principalement dans les petites unités (jusqu'à 300 mètres carrées) loués par des micro-sociétés ou de petites entreprises.

Les ajustements durant le confinement risquent de laisser des traces, avec une place plus importante accordée au télétravail et au partage de bureau qui va réduire les besoins des sociétés en surfaces. La demande supplémentaire sera générée par la tertiarisation de l'économie et les "nouveaux concepts visant à créer un environnement de travail polyvalent".

Pour établir son analyse, CBRE Suisse a passé en revue les demandes de location de bureaux en Suisse l'ensemble du portefeuille locatif actuellement vacant d'environ 450'000 mètres carrés. La société est une filiale du groupe californien CBRE, coté à Wall Street et spécialisé dans l'investissement immobilier d'entreprise. (awp)






 
 

AGEFI



...