L'assemblée générale extraordinaire du PLR aura lieu le 15 janvier

mercredi, 05.12.2018

La date de l'AG extraordinaire du PLR genevois a été fixée d'un commun accord avec Pierre Maudet.

"La date a été fixée d'un commun accord avec Pierre Maudet", a indiqué le président du PLR Genève Alexandre de Senarclens. (Keystone)

Demandée par les soutiens de Pierre Maudet, l'AG extraordinaire du PLR genevois aura lieu le 15 janvier. Elle sera ouverte aux quelque 3000 membres du PLR et se terminera par un vote de confiance ou de désaveu du conseiller d'Etat poursuivi par la justice.

"La date a été fixée d'un commun accord avec Pierre Maudet", a indiqué mercredi le président du PLR Genève Alexandre de Senarclens, confirmant une information de la Tribune de Genève. Dans leur demande, les partisans du magistrat voulaient que cette assemblée générale se tienne sans délai, afin que les membres du parti puissent s'exprimer sur l'affaire.

A la suite des débats, l'assemblée prendra position. Le comité directeur du parti pourrait démissionner s'il est désavoué par la base. Lundi, il a appelé le conseiller d'Etat à démissionner, tout comme le PLR Suisse la semaine précédente qui a donné un mois à Pierre Maudet pour partir. Or le PLR Suisse tiendra une assemblée en janvier, quelques jours avant le PLR Genève.

Du côté judiciaire, Pierre Maudet s'est à nouveau rendu, mercredi, dans les bureaux du Ministère public genevois, a indiqué son avocat Grégoire Mangeat. Deux amis entrepreneurs du conseiller d'Etat ont été entendus et ont été prévenus, à l'issue de leur audition par les procureurs, d'octroi d'un avantage.

Multiples directions

Selon l'avocat David Bitton, qui défend l'un des entrepreneurs, la mise en prévention de son client est liée au voyage qu'a effectué Pierre Maudet à Abu Dhabi, à l'organisation d'un sondage pour le compte du conseiller d'Etat, ainsi qu'à la célébration de l'anniversaire du magistrat à L'Escobar, un bar aujourd'hui disparu.

La justice soupçonne les deux entrepreneurs d'avoir mis sur pied le séjour de Pierre Maudet aux Emirats, en 2015. Elle s'intéresse aussi au bar L'Escobar, car l'établissement serait lié à l'un des deux prévenus et aurait bénéficié, pour pouvoir ouvrir, d'une procédure accélérée de la part de l'administration genevoise.

Pierre Maudet est poursuivi par le Ministère public genevois pour acceptation d'un avantage. La même charge pèse sur l'ex-chef de cabinet de son département. Un haut fonctionnaire du service de police du commerce est également prévenu d'abus d'autorité dans cette affaire qui éclabousse le conseiller d'Etat PLR. (ats)






 
 

AGEFI



...