Fébrile, le commerce mondial va freiner l'économie genevoise

mardi, 11.06.2019

La croissance économique à Genève devrait pâtir cette année du tassement du commerce mondial, mais également d'un effet de base défavorable.

En termes d'emploi, ce sont principalement les services financiers et le commerce de détail qui tirent la langue au bout du Léman.(Keystone)

Le PIB du canton va ainsi croître de 1,1% en 2019, contre 1,3% à l'échelon suisse, selon les prévisions de la Banque cantonale de Genève (BCGE).

"L'économie genevoise est plus volatile que l'économie suisse", a affirmé Constantino Cancela, directeur de l'investissement (CIO), en conférence de presse mardi. Le stratégiste de la BCGE rappelle que les exportations horlogères, très importantes à l'échelle cantonale, sont fortement exposées aux soubresauts conjoncturels, surtout en Asie et tout particulièrement en Chine.

En revanche, la forte exposition aux secteurs horloger et pharma protège jusqu'à présent Genève des soucis géopolitiques qui plombent certains moteurs de l'économie mondiale, les industries automobile et des semi-conducteurs en premier lieu. Ces dernières subissent de plein fouet les tensions commerciales provoquées par les Etats-Unis.

Pour 2020, la machine conjoncturelle devrait tourner à un régime plus élevé. La BCGE table sur une croissance du PIB de 1,6% pour Genève et la Suisse.

Cette accélération ne produira aucun effet notable sur le marché du travail, à en croire la banque cantonale. La proportion de sans-emploi (en glissement annuel) demeurera à 4,4% ces deux prochaines années, à comparer aux 2,5% au niveau national. "Le taux structurel du chômage est plus élevé à Genève qu'en Suisse", a relativisé Constantino Cancela.

En termes d'emploi, ce sont principalement les services financiers et le commerce de détail qui tirent la langue au bout du Léman.(awp)






 
 

AGEFI



...