Coronavirus: l'économie mondiale déstabilisée

samedi, 29.02.2020

La crainte d'une pandémie avec le coronavirus fait sombrer les bourses, déstabilise l'économie mondiale et entraîne l'adoption de mesures draconiennes.

Avec près de 3000 cas, la Corée du Sud est le deuxième pays le plus touché au monde par l'épidémie, derrière la Chine. (Keystone)

La Corée du Sud a recensé samedi trois nouveaux décès et 594 cas supplémentaires de contamination au coronavirus. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a relevé à son degré maximum le niveau de la menace liée au Covid-19.

En Corée du Sud, les autorités ont recensé samedi trois nouveaux décès, portant à 16 morts le bilan de l'épidémie dans le pays. Et 594 cas supplémentaires de contamination ont été comptabilisés, la plus forte hausse quotidienne à cette date. Avec près de 3000 cas, la Corée du Sud est le deuxième pays le plus touché au monde par l'épidémie, derrière la Chine.

L'OMS, qui a porté à "très élevé" le niveau de la menace, a appelé tous les pays encore épargnés à se préparer à l'arrivée du Covid-19, et averti: se croire à l'abri de la maladie serait une "erreur fatale".

"En mode hystérique"

Trois cas distincts de contamination d'origine inconnue ont été confirmés aux Etats-Unis, deux dans le nord de la Californie et un dans l'Oregon. Les patients n'ont pas voyagé dans des zones à risque et n'ont pas eu de contact établi avec des personnes porteuses du virus.

Aux Etats-Unis, 62 patients infectés ont été recensés sans aucun mort à déplorer comme l'a relevé le président Donald Trump lors d'un meeting en Caroline du Sud vendredi. "La presse est en mode hystérique", a-t-il lancé, affirmant que quelque 35'000 personnes mouraient de la grippe chaque année dans son pays.

"Nous nous préparons pour le pire (...) Nous sommes prêts, totalement prêts", a dit le milliardaire républicain. Le gouvernement américain a reporté sine die un sommet avec l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) qui devait se tenir en mars à Las Vegas, par crainte de l'épidémie.

A New York, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a affirmé que ce n'était "pas le moment de paniquer mais de se préparer pleinement" à contenir la propagation du coronavirus.

Semaine noire pour Wall Street

En Chine, où le virus est apparu en décembre, le nombre de nouveaux décès et contaminations continue de diminuer grâce aux mesures de quarantaine visant plus de 50 millions de personnes. Mais d'autres pays deviennent des sources de propagation du Covid-19.

Dans ce contexte d'incertitude, les Bourses asiatiques et européennes ont dégringolé vendredi, enregistrant des pertes oscillant entre 3% et 5%. La Bourse de New York a connu une semaine noire, avec un Dow Jones en baisse de plus de 12% sur les cinq derniers jours. Les marchés financiers connaissent une de leurs pires semaines depuis la crise financière de 2008-2009.

Les autorités chinoises ont publié samedi un bilan de 427 nouveaux cas et de 47 morts, pour un total de 79'251 cas et 2'835 décès depuis le début de l'épidémie. Dans le reste du monde, le coronavirus a contaminé plus de 5000 personnes et fait plus de 80 morts. Chiffre encourageant toutefois: sur les 84'000 personnes à avoir été contaminées dans le monde, 36'500 sont déjà guéries, selon un décompte effectué par l'université Johns Hopkins aux Etats-Unis.(ats)






 
 

AGEFI



...