Des milliards de la Confédération pour Swiss, Skyguide ou Swissport

mardi, 28.04.2020

La compagnie aérienne pourrait recevoir 1,5 milliard de francs de soutien de la part de la Confédération. Skyguide et Swissport ne seraient pas en reste.

Au cours des trois prochaines années, Swiss devra fonctionner à nouveau avec sa taille d'avant la crise. (Keystone)

Swiss et d'autres acteurs de l'aviation, tels que le contrôleur aérien Skyguide ou le spécialiste du service au sol Swissport devraient recevoir plusieurs milliards de la Confédération en raison de la crise liée au coronavirus. La compagnie aérienne Swiss à elle seule pourrait recevoir 1,5 milliard de francs de soutien, rapportent les quotidiens de Tamedia mardi.

L'argent devrait être versé sous forme de crédits bancaires garantis par la Confédération. Le remboursement dépendra des résultats futurs de Swiss.

Pour les autres spécialistes du secteur, des crédits et garanties pour une valeur de 0,5 milliard de francs sont prévus. La Confédération veut renoncer au droit d'urgence et passer par le parlement pour discuter des mesures d'aides. Cela doit être décidé lors de la session d'été.

Les négociations ne sont pas encore terminées, selon les journaux. Il est notamment question des garanties sur la taille future de la flotte de Swiss, qui compte actuellement 91 appareils, pour la plupart cloués au sol depuis l'éclatement de la crise.

Il faut également s'assurer que l'aide de la Confédération ne tombe pas dans la poche de la société mère Lufthansa. Ce sont les places de travail en Suisse qui doivent être garanties. Au cours des trois prochaines années, Swiss devra fonctionner à nouveau avec sa taille d'avant la crise.

Contacté, un porte-parole du Département fédéral des finances (DFF) a indiqué ne pas commenter "les rumeurs relayées dans la presse".

Swiss n'a pas non plus souhaité commenté l'information, une porte-parole se référant à une prise de position du 8 avril, alors que le Conseil fédéral avait annoncé qu'il apporterait son soutien au secteur aérien. "Swiss salue la décision du Conseil fédéral, de fournir les liquidités nécessaires pour résister aux effets de la crise liée au coronavirus". Swiss pourra ainsi assurer la liaison avec les autres aéroports.

Gategroup n'a pas commenté et les autres entreprises n'avaient pas encore fourni de réponse.

Swiss prévoit de reprendre ses activités par étapes en priorisant certaines lignes. "Nous n'avons pas pris de décision définitive", a indiqué une porte-parole de la compagnie nationale à AWP. Cela dépendra de l'évolution de la situation eut égard aux restrictions de voyage.

Le retour au niveau d'avant la crise ne sera pas rapide. "Il faudra des mois pour que les restrictions mondiales de voyage soient entièrement levées et des années pour que la demande mondiale revienne au même niveau", a-t-elle ajouté. Sur le court et moyen-courrier, la reprise devrait être plus rapide que sur le long courrier.

Lufthansa obtient plusieurs milliards d'aide

En Allemagne, Lufthansa doit bénéficier d'un plan de sauvetage public, selon des article de presse. L'Etat fédéral devrait verser 9 milliards d'euros au groupe, selon le magazine économique en ligne Business Insider, basé sur des sources proches du dossier.

En échange, l'Etat allemand doit recevoir une minorité de blocage et un à deux mandats au conseil d'administration. Lufthansa n'a pas commenté. Selon le journal Die Zeit, le directeur général de Lufthansa a mis en garde contre une influence de l'Etat en contrepartie de l'aide accordée: "cela ne doit pas devenir une décision politique de voler vers Osaka à partir de Zurich ou de Munich".

La veille, la Commission européenne a approuvé l'aide publique allemande pour la compagnie aérienne Condor pour 550 millions d'euros.

Beaucoup d'autres pays ont décidé d'aider les transporteurs aériens. La France a accordé des facilité de crédit à Air France pour 7 milliards d'euros. Au Pays-Bas, KLM devrait recevoir une aide de 2 à 4 milliards.

Même la compagnie italienne Alitalia, en déficit depuis plusieurs années, devrait être sauvée à nouveau par une nationalisation. Une nouvelle société doit racheter Alitalia grâce à de l'argent public en juin, selon les déclarations jeudi du ministre du travail Stefano Patuanelli.

En Finlande, Finnair doit obtenir des garanties de l'Etat pour 600 millions d'euros, tandis que la Norvège doit accorder l'équivalent de 553 millions de francs sous garantie pour les compagnies aérienne de son pays, dont la moitié doit revenir à Norwegian. La compagnie SAS doit recevoir un soutien des trois pays scandinaves.

De son côté, l'américaine United Airlines a levé 1 milliard de dollars via une augmentation de capital pour faire face à la crise. (awp)

>>> Lire également notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...