La Suisse injecterait 297 millions pour doper le groupe de la Banque mondiale

vendredi, 15.05.2020

La commission de politique extérieure du Conseil des Etats soutient les augmentations de capital envers la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement.

Institution financière internationale, la Banque mondiale accorde des prêts à effet de levier à des pays en développement pour des projets d'investissement. En ce moment, elle est très active dans des projets de réponses au Covid-19. (Banque mondiale)

La Suisse devrait injecter 297 millions de francs dans les augmentations de capital du Groupe de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement. Par 10 voix contre 1, la commission de politique extérieure du Conseil des Etats soutient ce projet du Conseil fédéral.

La Banque mondiale et la Banque africaine de développement contribuent grandement à trouver des solutions aux défis mondiaux que sont notamment les crises financières, le changement climatique, les catastrophes naturelles, les crises des réfugiés et les pandémies. La Suisse a tout intérêt à participer aux augmentations de capital prévues, estime vendredi la commission.

Une minorité souhaite préciser dans les arrêtés fédéraux nécessaires que la Suisse s'engage, dans le cadre de ces deux banques, contre la corruption, les politiques autoritaires et les projets impliquant des sources d'énergie fossile. Pour la majorité, c'est superflu car implicite dans le mandat actuel et du point de vue institutionnel, aucun article ne devrait être ajouté à un arrêté portant sur une augmentation de capital.

Plus d'argent pour l'aide humanitaire

Dans le cadre des efforts mondiaux de lutte contre les conséquences du coronavirus, la commission approuve par ailleurs par 10 voix contre 2 une motion du National en faveur d'un crédit supplémentaire pour l'aide humanitaire. Le texte exige un relèvement de 100 millions de francs du budget prévu pour 2020. 

Le gouvernement a déjà répondu à cet appel, mais pour la majorité de la commission, il n'y a pas de contradiction entre son action et le texte voté par la Chambre du peuple. La motion vise à contribuer à la gestion de la crise et à l'amélioration de la situation précaire dans les camps de réfugiés.

Le Conseil fédéral a prévu une enveloppe de 400 millions de francs. Un prêt sans intérêts de 200 millions est octroyé au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Celui-ci disposera de sept ans pour le rembourser. Les actions du Fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes du FMI seront quant à elles soutenues à hauteur de 25 millions de francs.

Une troisième enveloppe de 175 millions de francs ont la moitié provient du budget courant vise à renforcer la coopération internationale et doit permettre aux organisations d'être mieux armées pour faire face à l'épidémie. (ATS)






 
 

AGEFI



...