La chute du marché des voitures neuves revigore celui de l'occasion

lundi, 22.06.2020

La crise sanitaire a mis le marché des voitures neuves sous pression. 13'890 nouveaux véhicules ont été immatriculés en mai, soit près de la moitié de moins qu'un an plus tôt.

Auto Suisse signale un regain d'intérêt de la clientèle helvétique pour les voitures d'occasion. (Keystone)

Le nombre de voitures nouvellement immatriculées en Suisse a fortement diminué depuis le début de la crise de coronavirus. Dans le même temps, le marché de l'occasion a repris quelques couleurs à la faveur d'un regain de la demande et une hausse des prix.

La crise sanitaire a mis le marché des voitures neuves sous pression. Selon l'association des importateurs Auto Suisse, 13'890 nouveaux véhicules ont été immatriculés en mai, soit près de la moitié de moins qu'un an plus tôt. En avril, au plus fort des mesures de confinement, la chute avait été de plus de deux tiers (-67,2%) en rythme annuel.

De nombreux concessionnaires ont donc caressé l'espoir que la réouverture des surfaces de vente il y a un peu plus d'un mois entraînerait une reprise des affaires, ce qui ne s'est pas encore produit jusqu'ici. "La réticence à acheter une nouvelle voiture est toujours perceptible", a confié à AWP un porte-parole de la faîtière.

Gros achats reportés

Mais ce n'est pas uniquement en raison de la fermeture des "showrooms" que le consommateur helvétique s'est détourné des voitures neuves. L'association des importateurs évoque la prudence des acheteurs potentiels, qui préfère mettre entre parenthèse les dépenses relativement importantes en période d'incertitude économique.

D'autre part, les constructeurs sont également confrontés à des difficultés, avec le redémarrage de l'ensemble des chaînes d'approvisionnement et de production dans l'industrie automobile, qui retarde considérablement la livraison des véhicules commandés. Selon le porte-parole d'Auto Suisse, il faudra sans doute encore attendre plusieurs mois avant de voir la situation revenir à la normale.

Occasions courtisées

Mais dans le même temps, la demande pour la mobilité privée s'est étoffée, en raison notamment de la réticence à utiliser les transports publics, potentiels vecteurs de contamination. Auto Suisse signale un regain d'intérêt de la clientèle helvétique pour les voitures d'occasion.

C'est également la conclusion à laquelle est parvenue la société Auto-i-Dat, spécialisée dans les données sur les véhicules. Fin mai, elle a constaté que la contraction du marché de l'occasion (-37,5%) avait été sensiblement moins prononcée que celui des voitures neuves.

Un autre chiffre vient étayer cette tendance: le rapport entre les nouvelles immatriculations et les changements de propriétaires est passé selon Auto-i-Dat de 1:2,36 en avril 2019 à 1:4,49 en avril 2020.

Lourde deuxième main

La situation devrait ravir, outre les vendeurs de voitures de seconde main, les garagistes sollicités par leurs clients pour remettre leur véhicule en état pour passer la visite technique.

Si cet engouement pour les véhicules d'occasion venait à se poursuivre, les voitures bon marché et de qualité risquent de bientôt devenir rares, prévient Auto-i-Dat. On pourrait ainsi assister à une hausse significative des prix, en particulier dans les segments inférieurs, compte tenu également des difficultés de livraison des voitures neuves.

Plus le marché des voitures neuves mettra de temps à redémarrer, moins il y aura de nouvelles voitures d'occasion sur le marché, ce qui là encore devrait se traduire par une hausse des prix, prédisent les spécialistes d'Auto-i-Dat. (awp)

>>> Notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...