Bourse Zurich: Trump ravive tensions et appréhensions

lundi, 06.05.2019

La Bourse suisse s'acheminait lundi vers une entame de semaine maussade, à l'image des places financières asiatiques.

L'adoption subite d'une ligne dure par Trump a échaudé les investisseurs.(Keystone)

Les places financières asiatiques accusaient le contre-coup de la dernières salve de Donald Trump à l'attention de Pékin dans le cadre du conflit commercial entre les deux principales puissances économiques de la planète.

Alors que doivent reprendre les pourparlers en vue d'une résolution de cette bisbille, le locataire de la Maison Blanche a brandi dimanche la menace d'une nouvelle hausse des taxes douanières sur les produits chinois.

"L'adoption subite d'une ligne dure par Trump a échaudé les investisseurs, qui peinent à réduire leur exposition au risque", souligne London Capital Group dans un commentaire matinal. Le prestataire de services financiers relève un regain marqué d'intérêt pour les valeurs refuges, au détriment des marchés actions.

Les places chinoises notamment ont senti le vent du boulet. Shanghai a chuté de plus de 5% et Shenzhen de plus de 7%. Hong Kong a fondu de plus de 3%.

En Suisse, les traitements de titres hors dividende n'aidaient pas les indices à remonter la pente.

A 09h05, le Swiss Market Index (SMI) abandonnait 1,28% à 9618,69 points, le Swiss Leader Index (SLI) 1,85% à 1496,44 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,77% à 11'631,20 points. Sur les 30 valeurs vedettes, seuls Nestlé et Swisscom (stable) parvenaient à s'accrocher à l'équilibre.

Les poids lourds pharmaceutiques Roche (-0,5%) et Novartis (-0,2%) limitaient les dégâts, après avoir publié des nouvelles en fin de semaine dernière. Le premier a obtenu aux Etats-Unis une extension d'indication pour son anticancéreux Kadcyla, tandis que le second revendique des données prometteuses sur sa thérapie génique expérimentale Zolgensma contre l'amyotrophie musculaire spinale (SMA).

UBS (-6,6% ou 89 centimes) et ABB (-4,3% ou 89 centimes également) figuraient logiquement en fond de classement, négociés hors dividendes de respectivement 70 et 80 centimes. L'impondérable AMS (-6,4%) complétait la rangée du fond.

Les deux autres bancaires n'en menaient pas large non plus, Julius Bär reculant de 3,4% et Credit suisse de 2,8%.

Les horlogères Swatch (-3,7%) et Richemont (-3,1%) illustraient l'impact récurrent des mauvaises nouvelles pour la Chine sur les valeurs du luxe.

Swiss Re (-0,7%) reprenait son chemin de croix, plombé lundi par une dégradation de sa recommandation par Deutsche Bank à "hold". Le géant bancaire allemand non plus n'a pas été ébloui par la performance trimestrielle du réassureur.

Givaudan (-0,4%) a finalisé l'acquisition du français Albert Vieille.
Il fallait remonter au marché élargi pour dénicher une performance positive. Landis+Gyr (+3,6%) emmenait le maigre peloton des verts. Le fabricant de compteurs a publié des résultats non audités mais concluants sur son exercice décalé 2018/19.

Le grossiste en produits pharmaceutiques Galenica (-3,7 ou 1,88 francs) est traité hors dividende de 1,70 franc.

Datacolor (non négocié) a confirmé son avertissement sur résultats émis en février. La rentabilité opérationnelle du développeur de solutions de colorimétrie a certes pris l'ascenseur, mais ses placements financiers lui ont fait perdre près de deux millions de dollars. Le bénéfice net a été ainsi amputé de plus de moitié à 1,1 million.

Aevis Victoria n'avait fait l'objet que d'une transaction. L'exploitant de cliniques et d'hôtels de luxe proposera à ses actionnaire le fractionnement de son titre dans un rapport de un pour cinq, destiné à rendre ce dernier plus liquide. La société fribourgeoise fait par ailleurs miroiter un dividende exceptionnel, pour autant qu'elle parvienne à se débarrasser d'ici fin septembre de sa participation dans Infracore.(awp)






 
 

AGEFI



...