Bourse Zurich: panique à bord après les annonces de Trump sur le coronavirus

jeudi, 12.03.2020

La Bourse suisse risque de faire les frais jeudi des annonces du président américain pour protéger les Etats-Unis du coronavirus, qui ont fait plonger Wall Street la veille.

Mesuré à l'aune de l'indice de volatilité VSMI, le SMI va évoluer ce jeudi dans une très large fourchette de 2,34%. (Keystone)

Les principaux indices à la Bourse suisse ont essuyé de nets replis, encore aggravés par la décision de l'Organisation mondiale de la santé de qualifier le Covid-19 de "pandémie".

Le virus a contaminé plus de 110'000 personnes dans le monde. Les places asiatiques se sont enfoncées dans le rouge.

>> Retrouvez ici notre dossier consacré à l'épidémie du coronavirus

Mercredi, le président américain Donald Trump a interdit l'entrée aux Etats-Unis à tous les voyageurs ayant séjourné en Europe récemment, à l'exception des citoyens américains et du Royaume-Uni. La mesure doit entrer en vigueur vendredi à minuit heure de Washington.

Les prix du pétrole ont chuté de plus de 6% jeudi matin en Asie après le discours du président américain, et les Bourses de Tokyo (-4,4%) et de Hong Kong ont aussi lourdement décroché.

Les investisseurs auront les yeux rivés sur les annonces de la Banque centrale européenne. Plusieurs banques centrales, dont la Réserve fédérale (Fed) et la Banque d'Angleterre (BoE) ont annoncé des mesures de soutien à l'économie, touchée de plein fouet par les conséquences de la pneumonie virale apparue à Wuhan.

Mesuré à l'aune de l'indice de volatilité VSMI, le SMI va évoluer ce jeudi dans une très large fourchette de 2,34%.

A 08h11, le SMI lâchait 4,3% à 8758,41 points, selon les indications avant Bourse de Julius Bär. Il a encore quelques jours, l'indice vedette de la place zurichoise paradait largement au-dessus des 10'000 points. Toutes les valeurs vedettes s'inscrivaient dans le rouge.
Les valeurs du luxe Swatch et Richemont (chacun -4,8%) perdaient aussi largement du terrain.

Adecco (-5,9%) proposera la nomination de Rachel Duan au conseil d'administration.
Les grandes banques UBS (-6,2%) et Credit Suisse (-5,7%) ne faisaient pas exception à l'accès générale de faiblesse.

Les poids lourd Novartis (-4,5%), Roche (-3,8%) et Nestlé (-3,6%) n'étaient d'aucun soutien.
Sur le marché élargi, la saison des résultats s'est poursuivi avec Dufry (-7,5%), Bâloise (-4,6%), Vifor Pharma (-2,4%). Zur Rose (-4,8%) a de son côté annoncé une réorganisation de sa direction.(awp)






 
 

AGEFI



...